• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

RC Lens : 5 choses à savoir sur Philippe Montanier, le nouvel entraîneur sang et or

© AFP/MONTAGE FRANCE 3
© AFP/MONTAGE FRANCE 3

Ce qu'il faut savoir sur Philippe Montanier, successeur d'Eric Sikora au RC Lens. RC Lens : Philippe Montanier nommé entraîneur

Par EM

1. Il était gardien de but


Comme son père, comme son frère, Philippe Montanier, le nouveau coach du RC Lens, a démarré dès l'âge de 5 ans dans les buts. Jusqu'à devenir gardien professionnel au SM Caen, dans sa région de naissance, la Normandie (né à Vernon en 1964). A 23 ans, avec un parcours inhabituel. "Je n'ai pas fait de centre de formation, j'ai fait des études à l'Université, raconte-t-il. Je suis arrivé dans le monde professionnel plutôt tard. Personne n'y croyait."

Caen - Saint-Etienne 3-2 en 1989


Philippe Montanier a ensuite joué à Toulouse, Gueugnon et Saint-Etienne avant d'arrêter sa carrière de joueur professionnel en 2000.

2. Boulogne, le déclic


Il a été prof de sport, a fait ses études en STAPS et a obtenu une maîtrise de gestion mais ne se destinait pas à devenir coach. Après sa carrière de gardien, Philippe Montanier est donc d'abord devenu dirigeant (à Caen) : directeur général. « Il sait d'où il vient, mais aussi où il va. Pourtant, il ne voulait pas être entraîneur, se rappelle dans Ouest-France un de ses amis Eric Blahic. Je me souviens que son mémoire en licence portait sur la reconversion des joueurs professionnels. Lui se prédestinait plus à l'encadrement, la gestion d'un club professionnel. » Il s'est toujours dit plus éducateur qu'entraîneur;

C'est Robert Nouzaret, un de ses anciens entraîneurs, qui va lui proposer de commencer sur le banc en tant qu'adjoint. « J'ai deviné son côté technicien, raconte l'ancien entraîneur de Toulouse et Bastia, où il avait embarqué Montanier comme adjoint. C'est un gars calme, loyal, honnête et simple. »

C'est à Boulogne que Montanier prend son envol. Pour son premier poste d'entraîneur principal, il accepte de reprendre une équipe alors en CFA (4ème division). Il va la mener en Ligue 1 et se faire connaître. « Il aurait pu, au regard de sa carrière, viser beaucoup plus haut tout de suite, se souvient Jacques Wattez, le président de Boulogne. Mais il sait ce qu'il veut et où il veut aller. Gros travailleur, il se donne les moyens de réussir. Il a aussi une grosse qualité, il sait parfaitement déléguer et s'entourer. »

3. Meilleur entraîneur de Liga, adepte d'un jeu offensif


"Le Barça du Nord" : c'est ainsi que, pendant quelques mois, on a surnommé le VAFC, club entraîné par Montanier de 2009 à 2011. Une image un peu exagérée mais qui définit le style Montanier : offensif. Le reportage ci-dessous le montre : à l'époque, Valenciennes devient pendant quelques mois une équipe crainte, notamment à l'extérieur. 

VAFC : meilleure équipe à l'extérieur


Son arrivée à la Real Sociedad en 2011 va confirmer ce statut. Avec Antoine Griezmann dans son effectif, il va faire amener ce modeste club habitué aux places d'honneur, à la quatrième place. Il est même élu meilleur entraîneur du championnat d’Espagne pour la saison 2012-2013 par le comité national des entraîneurs espagnols.

Ses entraînements sont réputés "intéressants" et toujours avec ballon, ce qui est très apprécié en général des joueurs.

Montanier fait la fiesta avec la Real Sociedad
Montanier à la Real Sociedad


4. Rennes, Nottingham Forest : deux échecs ?


A Boulogne, Valenciennes ou la Real Sociedad, c'est Philippe Montanier qui a choisi de quitter l'aventure. Dans les deux derniers clubs qu'il a entraînés, cela s'est fini sur une fausse note.
 
A Rennes, comme beaucoup de coachs, il a échoué à amener le club en haut de l'affiche du foot français. Il est limogé en janvier 2016, après deux saisons moyennes. Mais il refuse de parler d'échec : « Quand je suis parti, on était sixièmes à trois points du podium, quatrième attaque, et avec quatre matchs perdus (sans oublier les tristes éliminations dans les deux coupes nationales, ndlr) sur vingt et un, analysait-il peu après dans France Football. Finalement, à l’arrivée, Rennes a terminé huitième, à treize points du podium. Avec sept (huit en réalité, ndlr) matchs perdus sur dix-sept, donc je n’ai pas l’impression d’avoir eu un bilan si négatif. »


Philippe Montanier, rebondit ensuite là où l'on ne l'attend pas, à Nottingham Forest en 2ème division anglaise. Mais l'aventure se termine au bout de 6 mois. Vingtième sur 24, l'équipe anglaise, le technicien aura gagné sept fois en championnat pour treize défaites et six nuls. "J'ai vécu des moments compliqués, avec un président qui voulait vendre un jour, pas vendre le lendemain."

Sa première conférence de presse à Nottingham Forest


5. Il venait de convoquer des jeunes Lensois en U20


Hasard du calendrier, Philippe Montanier vient de convoquer trois joueurs lensois (Jean-Ricner Bellegarde, Jean-Kévin Duverne et Didier Desprez) en équipe de France U20 pour le festival international Espoirs qui se jouera du 26 mai au 9 juin. Le nouveau coach du RC Lens était en effet depuis octobre 2017 salarié de la Direction Technique Nationale en tant que coordinateur des équipes de jeunes depuis octobre 2017 et avait plus particulièrement la charge des U20. 


A lire aussi

Sur le même sujet

Les postiers de Saint-Quentin en grève

Les + Lus