• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Régionales : la volonté de Le Pen d'“éradiquer toute immigration bactérienne” fait polémique

Marine Le Pen, le 4 novembre. / © AFP
Marine Le Pen, le 4 novembre. / © AFP

Une proposition, "éradiquer toute immigration bactérienne", du projet en matière de santé de Marine Le Pen pour les régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie a suscité mardi l'indignation de ses adversaires, le FN parlant d'"un lapsus".

Par AFP

La proposition figure dans un cahier spécial que le quotidien La Voix du Nord a consacré mardi aux projets des neuf listes en compétition pour le scrutin des 6 et 13 décembre. Marine Le Pen dit entre autres vouloir lutter contre "la surcharge pondérale" (notamment par l'enseignement dans les lycées de bonnes pratiques alimentaires et défendre "les hôpitaux de proximité".

Son programme sanitaire se termine par la proposition de "dénoncer et éradiquer toute immigration bactérienne". "Les hôpitaux, est-il expliqué, font face à la présence alarmante de maladies contagieuses non européennes, liées à l'afflux migratoire. Nous refusons cette mise en danger de la santé de nos compatriotes".

"La xénophobie de MLP vire à la folie"

Ces mots ont fait réagir sur Twitter l'ancien ministre François Lamy, l'un des colistiers de Pierre de Saintignon (PS), pour qui "la xénophobie de MLP vire à la folie", puis Xavier Bertrand (Les Républicains), qui s'est demandé si, avec Marine le Pen, "le FN n'est pas pire qu'avant".


"Immonde et puant", a commenté sur sa page Facebook Sandrine Rousseau (EELV). "Vite qu'un autre air souffle sur notre région", a-t-elle déclaré.

Lapsus ?

Interrogé par l'AFP, Sébastien Chenu, responsable presse de la campagne et en première position sur la liste FN dans la Somme, a affirmé qu'il s'agissait d'"un lapsus". "Lapsus révélateur de votre xénophobie obsessionnelle", a insisté M. Lamy. Au nom de la Ligue des droits de l'Homme, Olivier Spinelli, délégué régional Picardie, a imputé au FN "la volonté d'assumer des positions ouvertement racistes".

Le document publié est "un mauvais copié-collé, la version officielle sera dans le programme" de Mme Le Pen qui sera dévoilé samedi, a ajouté M. Chenu. Au sein de l'équipe de campagne de la candidate FN, certains justifient pourtant cette proposition : "De nombreuses déclarations médicales font état d'une recrudescence de maladies autrefois éradiquées en France et en Europe. Particulièrement à Calais, d'ailleurs, où le personnel hospitalier souffre et est submergé par un afflux migratoire entraînant des maladies qu'ils n'arrivent pas à endiguer", a rapporté Le Figaro.

Pour Gregory Hartl, porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) cité par Euronews, il n'y a aucun lien systématique entre la migration et l'importation de maladies infectieuses. "Les maladies transmissibles sont principalement liées à la pauvreté. Les migrants sont exposés à des maladies qui sont courantes en Europe, et qui n’ont donc aucun lien avec la migration. (…) On a vu que ces virus affectaient en premier lieu les voyageurs réguliers, les touristes ou les personnels de santé."

A lire aussi

Sur le même sujet

La carte postale de Mont-Saint-Eloi

Les + Lus