Régionales : le milieu culturel s'inquiète d'une victoire du FN, Marine Le Pen tente de rassurer

Marine Le Pen propose dans son programme des "pépinières d'artistes". / © MaxPPP
Marine Le Pen propose dans son programme des "pépinières d'artistes". / © MaxPPP

Le Nord Pas-de-Calais est aujourd'hui la première région de France à investir dans la culture. Qu'en sera-t-il si Marine Le Pen l'emporte le 13 décembre ? Les acteurs culturels s'inquiètent mais le FN tente de rassurer.

Par YF avec Marie-Candice Delouvrié

A deux semaines du premier tour des élections régionales, l'inquiétude monte chez les acteurs de la création régionale devant une possible victoire de Marine Le Pen et du Front National en Nord Pas-de-Calais / Picardie. Gilles Defacque, le directeur du Prato, le pôle national des arts du cirque, installé à Lille-Moulins, ne veut pas s'y résoudre. Il a placardé à l'entrée de son théâtre une affiche qui dit "Non" au FN. "Il ne faut pas commencer à dire : "bah oui, c'est fini, ils vont passer"", ​explique-t-il. "J'ai entendu aussi une phrase de quelqu'un qui dit : "peut-être qu'on n'a qu'à essayer, on n'a jamais essayé". Et bien non, on n'a pas envie d'essayer le FN. C'est tout simple".
 
 
Régionales : le milieu culturel s'inquiète d'une victoire du FN
Avec Gilles Defacque (Prato), Sébastien Chenu (FN) et Fanny Bouyagui (Art Point M).

Consciente de cette défiance, Marine Le Pen va publier cette semaine une lettre adressée aux artistes pour tenter de les rassurer. "Dans le cadre de la présentation de notre projet régional, je tenais à m’adresser directement à vous pour vous dire combien, comme artiste, vous comptez à mes yeux pour la région, l’animation de sa vie culturelle et l’effervescence créative qu’elle doit impulser", peut-on lire dans ce document. "Je sais aussi combien la création artistique participe au rayonnement national et même international d’une grande région comme la nôtre, au centre de l’Europe. Aucune forme d’art ne doit, selon moi, être négligée. Chaque artiste doit être respecté et la création sera accompagnée autant que cela est possible. Notre action régionale a vocation à aider les artistes à créer en toute indépendance, en privilégiant la liberté et le talent sur la logique des circuits marchands." 

Le FRAC dans le viseur

Sa mesure "phare" dans le domaine culturel sera, si elle est élue, "l'implantation de pépinières d‘artistes sur tout le territoire de la Région". "Ces sites que nous concevrons ensemble, seront organisés comme des lieux de vie agréables et des espaces de travail et d’échanges. Chacun d’entre eux constituera un pôle de rayonnement culturel régional.
Ces pépinières d’artistes toucheront à tous les domaines de la création : la peinture, la sculpture, la musique, l’artisanat d’art
". La présidente du Front National souhaiterait confier sa politique culturelle à Sébastien Chenu, transfuge de l'UMP et tête de liste FN dans la Somme pour ces régionales. "Nous ne sommes pas là pour dire ce qui est beau ou ce qui n'est pas beau, nous sommes là pour fixer des objectifs qualitatifs en premier lieu, de valorisation du territoire et des artistes, auxquels devront répondre les gens qui souhaiteront un soutien financier de la région", explique ce dernier.
Extrait de la lettre que Marine Le Pen va adresser au monde culturel. / ©
Extrait de la lettre que Marine Le Pen va adresser au monde culturel. / ©

Dans sa lettre, Marine Le Pen fustige le Fonds Régional d'Art Contemporain (FRAC), installé à Dunkerque, "qui encourage, selon nous, trop souvent les circuits commerciaux en oubliant la création artistique proprement dite". En novembre 2013, Philippe Eymery, élu dunkerquois et tête de liste FN dans le Nord pour les régionales, s'en était déjà pris à cette institution. "L'ensemble des études, l'ensemble des statistiques sur la fréquentation de ces fonds régionaux d'art contemporain montre que nous avons trop souvent un art bien éloigné de l'appétit populaire, très peu fréquenté et finalement, en termes de finances publiques, il n'y a pas d'adéquation entre les investissements qui sont faits", avait-il déclaré lors d'un conseil municipal à Dunkerque. "Je dirais d'une formule simple : oui, vive le musée des arts et traditions portuaires, mais le FRAC, très peu pour moi...". Nous avons contacté le FRAC de Dunkerque au sujet de ses dépenses. Il nous a indiqué ne pas avoir investi dans l'achat de nouvelles oeuvres depuis 3 ans.  
Eymery FRAC
Philippe Eymery (FN) lors du conseil municipal de Dunkerque du 18 novembre 2013.


Un budget de 51,77 millions d'euros

Aujourd'hui, le conseil régional du Nord Pas-de-Calais est un interlocuteur majeur pour le monde de la création. En 2015, un budget de 51,77 millions a été consacré à la culture : 42,77 millions en fonctionnement, 9 millions en investissement. La région verse notamment plus de 5 millions d'euros par an à l'Orchestre National de Lille (ONL), ce qui représente la moitié de son budget. "Le FN n'a pas de programme sinon de supprimer toute initiative sociale ou humanitaire, ce sont des démagogues absolus", déplorait son directeur, le chef d'orchestre Jean-Claude Casadessus, dans une interview publiée dimanche par le JDD. "Le mythe du chef, de la part au peuple et du "tous pourris", on a pourtant vu ce que cela donnait en 1933 en Allemagne. Le plus affreux, c'est d'entendre des gens dire qu'on pourrait "essayer". Mais six ans de FN, je ne peux pas l'imaginer".

La moitié du budget de l'Orchestre National de Lille est assurée par la région. / © MaxPPP
La moitié du budget de l'Orchestre National de Lille est assurée par la région. / © MaxPPP

La région soutient aussi financièrement Le Théâtre du Nord (1 610 000 euros), l'Opéra (1 830 000 euros) et le Prato (160 000 euros) à Lille , La Condition Publique  (681 146 euros) à Roubaix, Le Fresnoy, studio national des arts contemporains, (1 945 613 euros) et L'Atelier Lyrique (950 000 euros) à Tourcoing, Le Boulon, pôle National des Arts de la rue (175 000 euros) à Vieux-Condé, le Centre Régional de la Photographie (255 000 euros) à Douchy-les-Mines, le FRAC de Dunkerque (591 000 euros), La Comédie de Béthune (746 640 euros) et des structures plus petites comme le Channel à Calais, Le Phénix à Valenciennes, Le Manège à Maubeuge, La Culture Commune et le Centre Arc-en-Ciel à Lens-Liévin, L'Hippodrome à Douai, Le Bateau Feu à Dunkerque, et La Rose des Vents à Villeneuve d’Ascq, le Centre Culturel Balavoine à Arques, les scènes mitoyennes à Caudry, le Centre Culturel André Malraux à Hazebrouck... "Je ne pense pas que Marine Le Pen touchera aux grosses structures, elle ne va pas faire de vagues avant les présidentielles", estime la plasticienne Fanny Bouyagui, créatrice d'Art Point M. "Mais je pense que toutes les petites assos de quartier vont manger, et c'est ce qui me fait peur. Parce qu'elles apportent des choses très importantes".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus