Salah Abdeslam : la mère d'une victime des attentats menace de “geler ses impôts” pour ne pas payer les frais d'avocat

Elisabeth Boissinot, la mère de Chloé, assassinée dans les attentats terroristes du 13 novembre 2015 à Paris. / © Page Facebook de Babette Boissinot
Elisabeth Boissinot, la mère de Chloé, assassinée dans les attentats terroristes du 13 novembre 2015 à Paris. / © Page Facebook de Babette Boissinot

La mère d'une victime des attentats a écrit à François Hollande. Elle menace de "geler ses impôts" pour ne pas payer les frais d'avocat de Salah Abdeslam.

Par France 3 Nord Pas-de-Calais web

Elisabeth Boissinot a perdu sa fille le 13 novembre dernier. Chloé, 25 ans,  est morte sous une rafale de balles à la terrasse d'un bar du 11e arrondissement. Six mois après, Elisabeth Boissinot, originaire de la Vienneest en colère. Elle a publié un texte sur sa page Facebook pour protester contre les conditions d'incarcération de Salah Abdeslam à Fleury-Merogis et refuse que "(s)es impôts servent à défendre celui qui a assassine (s)a fille.

Elle écrit également, en précisant qu'elle avait écrit au Président François Hollande : "Allons-nous continuer à ne pas avoir d'honneur, à nous laisser berner par ces musulmans intégristes. Allons-nous oublier les 130 victimes et les blessés , leurs familles, leurs enfants... Allons nous nous incliner devant des lois qui favorisent les assassins... Allons nous leur payer leurs avocats, leur donner le confort (parfois) de leur cellule, leur entretien... Allons-nous encore une fois baisser la tete.ne pas réagir ?" 

Dans un autre message, elle précise : "Donc si je recapitule dans ma petite cervelle... Chloé doit cette annee payer ses impots (meme si assassinée) pour aider à la defense de cet assassin. Bravo la France ! Pourquoi il ne demande pas à Daech de l aider ?"

Qui paye Frank Berton ?

Qui paye la défense de Salah Abdeslam ? La question a suscité la polémique la semaine dernière après que Frank Berton, l'avocat lillois a annoncé qu'il allait défendre le terroriste de Molenbeek. "Les frais de défense seront payés via l'aide juridictionnelle, comme tous les clients n'ayant pas les moyens de payer leur défense", a simplement répondu l'avocat à Francetv info. Quels que soient les faits qui lui sont reprochés, toute personne justifiant de revenus inférieurs au plafond légalement fixé (environ 1000 euros) peut être assistée d'un avocat qui lui permette de se défendre, d’apporter des explications sur le geste qu’il a commis.

Salah Abdeslam va bénéficier d'un système prévu par la loi : "L'aide juridictionnelle vous permet, si vous avez de faibles ressources, de bénéficier d'une prise en charge totale ou partielle par l'État des honoraires et frais de justice (avocat, huissier, expert, etc.)", précise le site servicepublic.fr.

De nombreux avocats sont également montés au créneau pour défendre Frank Berton et l'aide juridictionnelle : "Je ne comprends d'ailleurs pas les commentaires indignés par le fait que Frank Berton soit payé via l'aide juridictionnelle, a déclaré à Francetv info Liliane Glock, avocate au barreau de Nancy. Il ne va pas toucher une fortune, mais une misère : pour une instruction criminelle, le forfait prévu doit être de l'ordre de 800 euros environ, même si l'affaire s'étale sur cinq ans. La France est d'ailleurs l'un des seuls pays à procéder ainsi : les avocats belges, luxembourgeois ou allemands sont rémunérés à l'heure, même quand leurs clients n'ont pas les moyens de régler la facture. (...) Je comprends que l'opinion puisse se plaindre lorsqu'un criminel échappe à une condamnation, mais je trouve grave qu'on ne reconnaisse pas à certains le droit d'être défendus."

La mère de Chloé paye elle-même son avocat

A Fleury-Merogis, Salah Abdeslam est placé dans une cellule à l'isolement total, et soumis en permanence à un système de vidéosurveillance. Un traitement exceptionnel et forcément coûteux qui révolte Babette Boussinot, qui se sent également abandonnée par les autorités. Elle doit être assistée par un avocat en tant que partie civile et payer ses honoraires. "Je veux savoir qui a tiré la balle qui a tué ma fille, a-t-elle affirmé à France 3 Poitou-Charentes, car cela nous aidera à faire notre deuil. J'ai une autre exigence, même si je pense qu'on ne me l'accordera jamais : m'asseoir devant Salah Abdeslam, le regarder dans les yeux, lui parler de Chloé, lui montrer la photo de ma fille, lui dire qu'elle était pleine d'énergie et qu'elle adorait la vie..."

Elisabeth Boussinot souhaite que Salah Abdeslam soit condamné à la prison à vie, qu'il ne soit plus jamais libre. Elle conclut ainsi son message : "N'aie crainte ma Chloé. Je suis là. Je ne laisserai pas ta mort impunie. Je n ai peur de rien. Je vais me battre !"

A lire aussi

Sur le même sujet

​​​​​​​Wattignies : les salariés de Babou en grève pour dénoncer leurs conditions de travail

Les + Lus