• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Brahim et Ahmed, primeurs sur le marché d'Amiens Nord : “Ils nous ont tous mis au même endroit, ça n'a pas été”

© DR
© DR

Primeurs sur le marché du Col vert, à Amiens Nord, Brahim et Ahmed retracent leur histoire du quartier.

Par Flora Beillouin et Quentin Obarowski / CARMEN

L'un est au service environnement de la ville d'Amiens, l'autre électricien. Mais le dimanche, Brahim et Ahmed enfilent leur costume de commerçants sur le plus grand marché d'Amiens Nord, pour reprendre le flambeau du père de Brahim, qui avait fait de son métier de primeur une passion. 

A quelques centaines de mètres du Grand Mozart et du centre commercial Le Col Vert, le marché est lui aussi visé par le plan de rénovation urbaine. Ces amis d'enfance, tous deux fils de rapatriés d'Algérie débarqués en 1962 à Amiens Nord, livrent leurs impressions sur ce projet, faisant resurgir des pans de l'histoire du quartier, des sensations de liberté de l'enfance à l'amertume de l'âge adulte.

Brahim et Ahmed ("Mozart est à nous", 10/15) 

Brahim et Ahmed ("Mozart est à nous", épisode 10/15)

 

Ils nous ont tous mis au même endroit, ça n'a pas été. Il fallait dispatcher tout le monde, pas que que tout le monde soit regroupé ! Ils refont pareil avec les gens des pays de l'Est. Avec les migrants, ils refont exactement pareil.

 

 

© DR
© DR

 

"Mozart est à nous", une web-série documentaire sur le quartier Nord d'Amiens

 Découvrez un portrait en vidéo chaque mardi et vendredi, du 23 avril au 11 juin 2019

"Mozart est à nous", livre les regards des habitants et acteurs de terrain sur les mutations du quartier Nord d'Amiens, et notamment la démolition programmée de la barre "Mozart". 
Une web-série documentaire de portraits illustrés en vidéo, photos ou dessins, réalisés par Flora Beillouin et Quentin Obarowski, avec l'association CARMEN à Amiens.

9 étages, 15 entrées, un château d’eau qui la distingue entre mille : la barre Mozart est l’un des emblèmes du quartier Nord d’Amiens. Vouée à la destruction à l’horizon 2020, elle ne compte plus qu’une soixantaine de logements occupés.
Derrière les portes, il reste encore des voix, des visages pour témoigner de trajectoires singulières, de quêtes d’identité, d’exils. Ce sont celles des habitants, artistes, médiateurs, bailleurs, ou architectes qui accompagnent ce changement...  Peu à peu ces voix forment un choeur, ces visages une fresque qui, érigée sur les vestiges de la mémoire collective, interroge les années à venir.

Plus d'infos sur le projet  : http://canalnord.org/mozart

Les auteurs : 
Flora Beillouin est journaliste freelance.  Elle a fait ses armes au service société de L’Humanité. Installée à Lille, elle coordonne le Labo 148, une agence de production audiovisuelle menée par les jeunes de la métropole lilloise, et poursuit d’autres activités journalistiques et artistiques au sein du collectif La Friche.
Quentin Obarowski a intégré en 2013 l’association amiénoise Carmen, après s’être formé aux techniques du montage vidéo et suivi la formation de la section cinéma à faculté des Arts d’Amiens. Il partage son temps entre l’université, des collaborations professionnelles dans la région et des projets personnels de documentaires.

Depuis 1984, l’association CARMEN est basée dans les quartiers Nord d’Amiens. Utilisant la vidéo comme outil de médiation sociale, elle vise à mettre en forme une expression jusqu’alors inaudible dans le paysage local. Aujourd’hui, l’association poursuit son but dans quatre dimensions : l’intervention sociale par l’image, l’éducation aux médias et à l’information, la production documentaire et la formation des professionnels.

Crédits  :
Interprétation musicale : Olivier LEBRA pour le « Concerto pour piano No 21 Andante » de Wolgang Amadeus Mozart
Photographie : Marie-Paule NÈGRE et Marc PATAUT
Archives : INA et CARMEN / Canal Nord
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Témoignage : Pierre, retrace son parcours de la rue au logement social

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer