Déconfinement : face au manque de respect des distances physiques, le maire de Mers-les-bains menace de fermer la plage

À Mers-les-bains, comme dans d'autres villes de la côte picarde, l'activité touristique reprend très doucement après la fin du confinement / © Mathieu Maillet / FTV
À Mers-les-bains, comme dans d'autres villes de la côte picarde, l'activité touristique reprend très doucement après la fin du confinement / © Mathieu Maillet / FTV

Dans un post sur la page Facebook de la commune, Michel Delépine, le maire de Mers-les-bains dans la Somme, fustige les promeneurs qui ne respectent pas les mesures sanitaires et menace de fermer la plage pour le week-end.

Par Gontran Giraudeau

"Malgré une signalétique importante et démultipliée, nous avons constaté conjointement avec la gendarmerie, l'absence du respect des consignes sur l'esplanade et la plage. Attention ! Si ce manque de civisme perdure, la commune sera tenue de procéder à la fermeture de cet espace pour ce week-end."
 
Le message publié en milieu d'après-midi est, selon Michel Delépine, maire de Mers-les-bains, "une alerte psychologique ; si vous ne respectez pas, je signerai un arrêt".

Si l'élu reconnaît que "la reprise s'avère nécessaire de jour en jour, la raison sanitaire est primordiale". Le ballet des promeneurs ne doit pas causer l'émergence d'un nouveau cluster dans sa commune.

La réouverture de la plage le 14 mai avait pourtant bien commencé : "Au début, les gens étaient peu nombreux et prudents. Mais durant le week-end dernier, très beau, nous avons constaté un relâchement flagrant".
 


Et le lien entre soleil et affluence s'est confirmé cette semaine : "Mercredi, les gendarmes ont dû évacuer un groupe d'une quinzaine de personnes allongées sur des serviettes sur les galets". Une position statique évidemment rigoureusement interdite sur la plage et l'esplanade, comme les rassemblements à plus de dix personnes.

Et ce n'est pas faute d'avoir communiqué sur les règles à respecter : "Nous avons mis en place une signalétique sur l'esplanade, posé cinquante affiches sur le parapet et fait passer des messages dans la presse locale et sur les réseaux sociaux", assure Michel Delépine, dépité.

Sans police municipale, le maire de Mers-les-bains ne peut compter que sur deux agents de surveillance de la voie publique et le renfort des gendarmes du Tréport : "une patrouille est passée deux fois depuis ce matin [ndlr : vendredi]".

Finalement, la météo est l'alliée la plus efficace : "le jeudi de l'Ascension, il a fait très beau, il y avait beaucoup de monde. Aujourd'hui [ndlr : vendredi], le temps est maussade, c'est gérable".

Le week-end qui s'annonce entre pluie et ciel mitigé devrait donc permettre à Michel Delépine de ne pas dégaîner son arrêt d'interdiction d'accéder à la plage.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus