• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

L'impressionnante métamorphose du clocher de l’église de Bailleval

Le clocher en 2016 (à gauche) et en 2018 (à droite) après la rénovation / © Célia Vanier / France 3 Hauts-de-France
Le clocher en 2016 (à gauche) et en 2018 (à droite) après la rénovation / © Célia Vanier / France 3 Hauts-de-France

Construit vers 1250, l’imposant clocher faisait partie d’un projet architectural de grande ampleur. Il a fallu deux longues années de travail pour le restaurer.
 

Par CV

La mairie a décidé de faire restaurer le clocher, pièce maîtresse de l’église. Après deux longues années de labeur et un volume de pierre plus tard, la municipalité a inauguré le bâtiment samedi 8 septembre.

C’est Judicaël de la Soudière-Niault, architecte parisien, qui a été chargé de cette restauration. Particulièrement appliqué dans ses recherches sur l’histoire de l’église, l’architecte a été chercher toute la documentation aux archives départementales Beauvais. C’est ce qui a plu au maire de la commune, Olivier Ferreira, qui tentait de réaliser ces travaux depuis des années.
 
© Archives Bailleval
© Archives Bailleval

Dans l’idéal, il aurait fallu tout refaire… Mais les sommes exorbitantes ne rentraient pas dans le budget de la commune. Parmi les nombreuses "lacunes" et "pathologies", deux éléments sont considérés comme prioritaires lors des différentes expertises : la nef et le clocher.

C’est ce dernier qui a été choisi. Avec ses dimensions particulièrement imposantes, le clocher détonne avec le reste du bâtiment. Construit vers 1250, il témoigne d’une période très faste. "On constate que l’Église avait beaucoup d’argent à l’époque où le clocher a été construit. Il est très massif", détaille le maire Olivier Ferreira. Pourtant, il a été touché par un incendie au début du XVIIIe et n’a jamais été restauré.

Désorganisation généralisée de la maçonnerie, arc en décompression, fissures… La rénovation a nécessité de nombreuses interventions avec des couvreurs, des maçons, tailleurs de pierre… Coût total, 746.178€ (TTC). La commune n’a déboursé "que" 180.000€ grâce à de nombreux dons : 11.000 de dons de particuliers et entreprises, 25.000€ de la part de la Fondation du patrimoine, 125.000€ donnés par la région et 300.000€ provenant du Conseil départemental.

Prochaine étape, restaurer la nef. Couverture, façade, charpente, sol… Coût estimé de cette deuxième phase de travaux : 570.000 €.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus