VIDÉO. Belgique : un jeune homme gazé et arrêté par la police après avoir refusé de porter un masque

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marianne Chenou

Un jeune homme a été arrêté en Flandre après une altercation avec les forces de l'ordre, qui lui demandaient de porter un masque, dans le cadre des nouvelles mesures sanitaires en vigueur dans le pays.

Un jeune Belge a été interpellé le 25 juillet dans l'après-midi à Roulers (Belgique), en Flandre, après une altercation avec un policier qui lui demandait de porter un masque. 



Lors d'une opération de contrôle dans un skate-park de la ville, des agents comunaux ont vérifié que l'ensemble des personnes présentes portaient un masque, comme l'exigent les nouvelles mesures sanitaires entrées en vigueur depuis la veille en Belgique.L'un des jeunes présents refusait d'appliquer la loi et les agents ont fait appel aux forces de l'ordre pour raisonner le skateur. Celui-ci s'est montré particulièrement virulent avec les policiers venus à sa rencontre, comme le montre une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux (en néérlandais).

On peut notamment l'entendre insulter le policier de "nazi" et de "fasciste". Rapidement, le jeune homme reçoit du gaz lacrymogène. Quelques instants plus tard, il est interpellé, sous les regards de la foule, après des échanges de coup avec le policier. 

Une enquête ouverte

Face aux réactions suscitées par la vidéo, le responsable local de la police s'est exprimé auprès de nos confrères de Het Laaste Nieuws (en néerlandais) : "Nous devons avoir une vue d'ensemble des événements. Nous évaluerons dès que possible si le policier impliqué a dépassé les limites. Si c'est le cas, des mesures appropriées seront prises." Le maire de Roulers a réagi sur Facebook, il appelle chacun "au respect, en ces temps difficiles"

Le parquet fédéral belge a annoncé l'ouverture d'une enquête, ce dimanche 26 juillet.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité