Covid-19. Masques dans les rues commerçantes, reconfinement possible, traçage : la Belgique durcit ses mesures

La Première ministre belge Sophie Wilmès a annoncé ce jeudi 23 juillet un renforcement, dès samedi, des mesures sanitaires. Face à la hausse des cas de coronavirus, le port du masque sera obligatoire dans "tout endroit à forte fréquentation".
Sophie Wilmes, premier ministre belge ce jeudi
Sophie Wilmes, premier ministre belge ce jeudi © MAXPPP
Le masque obligatoire dans certaines rues commerçantes ou lieux extérieurs très fréquentés. C'est l'une des principales mesures annoncée par la Première ministre belge Sophie Wilmès ce jeudi 23 juillet face à la hausse des cas de Covid-19 depuis quelques semaines en Belgique. Les brocantes, marchés aux puces, fêtes foraines, fêtes commerciales et salons sont aussi concernées. 

"L'annonce d'un durcissement des règles est un coup dur à notre moral, mais nous préférons prendre des mesures aujourd'hui plutôt que de le regretter demain", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse.

Comme en France, le masque était déjà obligatoire depuis le 11 juillet dans les magasins, les cinémas, les lieux de culte ou encore les musées et bibliothèques. En ce qui concerne les hôtels et les restaurants, le port du masque ne sera pas obligatoire pour les clients assis à table.
Rebond du Covid 19 en Belgique : renforcement des mesures restrictives

Les foires et salons restent en suspens jusqu'au 1er septembre

Outre le port du masque, Mme Wilmès a annoncé que "les foires et les salons ne pourront pas encore reprendre". "Nous envisageons un retour des activités dès le 1er septembre, sous réserve d'un suivi très strict et du port du masque obligatoire", a-t-elle précisé. Les nightshops devront fermer à 22 heures tandis que les clients de l'hôtellerie-restauration devront laisser une adresse mail ou un numéro de téléphone pour être prévenus en cas d'infection lors de leur visite. 

"Je sais que c'est agréable, mais quand même... Faire la fête, danser, discuter de tables à tables, circuler dans les cafés font partie des ces comportements à risque. Il faut que les contrôles soient renforcés", a ajouté la Première ministre. Elle considère que ces comportements "ne correspondent pas aux règles déjà définies. Ils contreviennent au travail mené collectivement pour freiner la propagation du virus."

Des confinements locaux possibles 

Les bourgmestres (maires) disposent de compétences pour prendre localement des mesures plus fortes que celles présentées ce jeudi 23 juillet, notamment dans le cas de foyer locaux. Le confinement va rester pour autant une décision fédérale. Les bourgmestres devront donc en référer au ministère de l'Intérieur qui évaluera ensuite s'il faut confiner ou non. 

Sophie Wilmès a rappelé que la bulle de contact reste limitée à 15 personnes par semaine, en insistant : "Il s'agit de 15 personnes chaque semaine, et non par jour. On doit pouvoir les énumérer (en vue de tracing). Si tout le monde respecte la bulle des 15, on ne devra pas la réduire. Mais elle doit être respectée. Son maintien, à l'avenir, dépend du comportement de chacun."

Un questionnaire pour les vacanciers

Les voyageurs vont devoir remplir un questionnaire qui facilitera leur traçage en cas de contamination après leur retour de vacances, que ce soit en avion, en voiture ou en train. En cas de non-respect, les vacanciers peuvent recevoir une amende. 

En Belgique, le nombre de nouvelles infections au cours de la période du 12 au 18 juillet a augmenté de 89% avec en moyenne 184 cas diagnostiqués par jour, contre 98 la semaine précédente. Le pays comptait jeudi 64 627 cas recensés depuis le début de la pandémie et 9.808 décès.

"Si les derniers chiffres concernant l'épidémie ne doivent pas nous affoler, ils doivent néanmoins être pris extrêmement au sérieux", a prévenu Mme Wilmès.

La Belgique est l'un des pays qui compte le plus de morts du Covid-19 par rapport à sa population

"Une hausse des contaminations fait partie intégrante du processus de déconfinement (...) Ce n'est pas anormal, mais ça doit rester sous contrôle", a-t-elle ajouté. "La contrepartie de nos libertés retrouvées, c'est la prudence absolue. Sans quoi nous prenons le risque de devoir reprendre des mesures extrêmement dures", a-t-elle par ailleurs souligné.

La Belgique est l'un des pays qui compte le plus grand nombre de morts du Covid-19 par rapport à sa population, avec 85 décès pour 100.000 habitants

Le recensement, par les autorités belges, des morts du coronavirus est l'un des plus exhaustifs du monde puisque sont intégrés les décès possiblement liés au virus sans que cela ait pu être prouvé par un test. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
belgique international covid-19 santé société