• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Carnaval étudiant de Caen : une première réussie pour les nouveaux organisateurs

© LQ, F3 BNie
© LQ, F3 BNie

La 16ème édition du Carnaval des étudiants de Caen était organisée pour la première fois par la Fédération Campus Basse-Normandie. Le bilan est très positif, malgré quelques incidents sur le campus et des excès d'alcool

Par LQ

La Fédération Campus Basse-Normandie savait, en prenant le relais de Radio Phénix, qu'organiser le Carnaval des étudiants n'était pas une mince affaire. 
C'est aujourd'hui, avec 14 000 participants, le plus grand carnaval étudiant de France. 
Mais le pari est réussi : une fréquentation en hausse, et pas d'accident majeur pour cette édition 2013. Voir les vidéos et les photos


La Fédération a fait le bilan ce vendredi matin dans un communiqué, dont nous reproduisons le texte ci-dessous  : 

Des mois de préparation 

Après des mois de préparation, et le travail en commun de plus de 30 bénévoles, de la Fédération Campus BN, de l’Université, de la Mairie, de la préfecture ou encore du CROUS, hier (jeudi 28 mars ndlr) se tenait malgré un froid poignant, la 16ème édition du plus grand Carnaval Étudiant de France.
La tradition caennaise a de nouveau rassemblé les foules étudiantes, de la région Basse- Normandie évidemment, mais aussi de Paris, Rouen ou encore Brest ! 


Un village du Carnaval très animé

La première étape de cette journée se déroulait sur le village Carnaval du Campus 1 où étaient à l’honneur : stands de prévention, bar à cocktails sans alcool offerts par le CROUS, vente de gâteaux par les associations étudiantes, stand des Services Universitaires de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé (SUMPPS), concours de déguisements… En parallèle, les premières notes de musique raisonnaient depuis la scène installée sur la pelouse, dans une ambiance festive.

 / © LQ, F3 BNie
/ © LQ, F3 BNie
Un défilé bien encadré

A 15h, le départ du défilé fut donné par les organisateurs, c’est ainsi que le char du bonhomme Carnaval suivi des 5 chars des associations étudiantes ont quitté le Campus 1. Ils disposaient chacun de 3 responsables étudiants (chargés de veiller au bon comportement des étudiants présents sur le char, au respect du règlement, et en contact permanent avec les organisateurs ainsi que les secours) et de 4 agents de sécurité professionnels, et ont suivi le parcours validé par la préfecture (sous escorte policière afin d’éviter tout accident de la circulation), accompagnés par près de 14 000 étudiants. 

 / © LQ, F3 BNie
/ © LQ, F3 BNie
Les deux heures de défilé ainsi que le retour sur le Campus 1 se sont passés sans encombre, bien qu’il soit toujours délicat pour les organisateurs de faire sortir les étudiants des voies de circulation jusqu’à l’esplanade centrale de l’Université.

Les concerts ayant repris de plus belle, dans des styles musicaux divers et variés, une grande partie des participants a su profiter de cette animation en plein air dans une ambiance bon enfant.
Afin de promouvoir cet événement, un Harlem Shake géant a été réalisé pendant le set de RadioPhénix.


Des incidents avec des groupes d'individus sur le campus

Toujours dans une logique de prévention, la Fédération campus BN a innové cette année dans le but de garantir qu’un maximum d’étudiants reste sur le Campus et de limiter leur départ en centre ville par petits groupes : des paniers repas achetés au CROUS étaient revendus à prix coûtant aux étudiants.

Malheureusement, l’heure du repas a coïncidé avec l’arrivée de groupes d’individus non étudiants dont le seul but a été de proférer des menaces, et autres vols et violences. Ainsi, plusieurs étudiants se sont vus attaqués par ces groupuscules, tout comme les bénévoles étudiants.
L’opération repas a donc dû être annulée par crainte d’une aggravation des tensions provoquées par les événements précités, et les bénévoles étudiants ont dès lors dû interrompre leur participation à l’organisation au vu du danger réel que représentaient certaines personnes.
Le service de sécurité de l’Université ainsi que celui engagé par les organisateurs ont donc continué à veiller au maintien de l’ordre au sein du Campus 1.


(*Texte du communiqué de la Fédération Campus Basse-Normandie, sauf inter-titres) 

A lire aussi

Sur le même sujet

Réaction de Brigitte Lebrethon au décès de Jacques Chirac 26 septembre 2019

Les + Lus