Cet article date de plus de 8 ans

Seine-Maritime : faute d’argent pour l’entretenir, la maison d’un couple risque d’être rasée

A Bosc-Mesnil, la maison d’un couple aux revenus modestes est menacée d’un arrêté de péril

Un élan de solidarité ?

C’est à Bosc-Mesnil, une commune du Pays de Bray située à quelques kilomètres de Saint-Saëns, qu’une maison de 1860 accuse le poids de ans. Pas entretenue car ses occupants n’en ont pas les moyens, cette maison vient d’être expertisée à la demande de la mairie.  Si l’homme de l’art juge que les conditions de sécurité ne sont pas réunies, elle risque d’être démolie. 
Le code de la construction et de l’habitation précise en effet que :

"Le maire peut prescrire la réparation ou la démolition des murs, bâtiments ou édifices quelconques lorsqu'ils menacent ruine et qu'ils pourraient, par leur effondrement, compromettre la sécurité. (…) Si l'état du bâtiment, ou d'une de ses parties, ne permet pas de garantir la sécurité des occupants, le maire peut assortir l'arrêté de péril d'une interdiction d'habiter et d'utiliser les lieux qui peut être temporaire ou définitive."

En espérant un soutien financier, ou un élan de solidarité de bénévoles pour réaliser des travaux d’urgence, Nicole et Francis Gosselin vivent dans l’angoisse de la décision de l’administration.
Lui est retraité agricole, a 75 ans et ne touche que 517 euros par mois; elle n'a pas de travail et est invalide... 

VIDEO : le reportage France 3 Haute-Normandie de Frédéric Nicolas et Laurent Lagneau avec les interviews de :


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité architecture et urbanisme