Cet article date de plus de 6 ans

Mobilisation au palais de justice du Havre contre la "criminalisation de l'action syndicale"

A l'appel du syndicat CGT, plusieurs centaines de manifestants ont manifesté  pendant le procès de quatre militants
© France 3 Le Havre -Baie de Seine

Procès des militants

Ce matin (vendredi 21 février) quatre militants de la CGT comparaissent devant le tribunal de Grande Instance du Havre. Ils sont accusés d'avoir dégradé en septembre 2013 la permanence havraise du Parti Socialiste , et d'avoir décroché la plaque de la permanence de la députée socialiste Catherine Troallic.
Ce midi, le procureur de la République a requis une peine de deux mois de prison avec sursis.

Le droit de manifester remis en cause ?

L'autre affaire jugée cet après midi concernait deux secrétaires généraux du syndicat à qui l'on reproche des dégradations commises lors d'une manifestation devant les locaux de SPB.
Le procureur a requis 6 mois de prison ferme. L'avocat de la défense a exprimé son inquiétude, déclarant qu'il  s'agit du droit de manifester qui est remis en cause.
Les deux jugements ont été  mis en délibéré au 31 mars…

VIDEO : le reportage France 3 Le Havre-Baie de Seine  de Danilo Commodi et Hervé Guiraudou avec les interviews de :
##fr3r_https_disabled##
21/02/2014_manif proces cgt_JTS






Poursuivre votre lecture sur ces sujets
baie de seine social