Biscuiterie Jeannette: Georges Viana collecte plus de 50 000 euros sur internet

Publié le Mis à jour le

L'un des candidats à la reprise avait lancé un appel à souscription sur un site de financement participatif. Son objectif: collecter 50 000 euros pour financer son projet. Ce cap vient d'être franchi ce mardi cinq jours avant la date butoir.

50 000 euros. C'est la somme que Georges Viana estimait nécessaire pour monter son projet de reprise de la biscuiterie Jeannette à Caen. N'ayant pas obtenu de fonds auprès des banques, il avait décidé de se tourner vers les internautes en lançant un appel à sous souscription sur un site de financement participatif. Le principe: les particuliers pouvaient faire un don allant de 1 € à 5 000 €. Des contreparties étaient proposées aux donateurs en fonction de la somme investie, de la simple carte de membre au "club Jeannette" jusqu'à une plaque sur l'usine et une recette à son nom. Comme c'est le cas sur ce type de site, l'appel à souscription était limitée dans le temps avec une date butoir fixée au 19 octobre prochain. Si la somme n'était pas atteinte, les internautes étaient remboursés.



Ce mardi 14 octobre, au moment où cet article est rédigé, 1064 personnes ont décidé d'apporter leur soutien au projet de reprise de Georges Viana.  50 685 euros ont été collectés. Le pari est donc rempli. et ce d'autant plus qu'il reste encore cinq jours durant lesquels les internautes peuvent effectuer un don, Cette somme peut donc encore augmenter.



Reste maintenant à savoir si le projet de Georges Viana convaincra le tribunal de commerce de Caen. Ce dernier a reporté sa décision finale au 13 novembre prochain.Sept offres ont été déposées mais elles ne sont pas toutes de même nature. Certains candidats ne sont intéressés que par les machines. D'autres, comme le Conseil Régional, souhaitent uniquement racheter la marque. Seule le projet de Georges Viana inclut une relance de l'activité et bénéficie donc du soutien des anciens salariés de Jeannette.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité