Sécurité routière : les chiffres de 2013 pour la Haute-Normandie

La DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) vient de publier les chiffres de la sécurité routière pour l’année 2013 pour la Haute-Normandie.

© PHILIPPE HUGUEN/AFP
Le nombre d’accident est en baisse de 5% avec 1 036 accidents pour l’année 2013. 89 personnes ont perdu la vie sur la route ce qui représente une baisse de 18% par rapport à 2012. Cette baisse est plus importante dans notre région qu’à l’échelle nationale.

Depuis 5 ans en Haute-Normandie, le nombre de tués a diminué de 24% et le nombre d'accidents de 31%.

Le département de l’Eure plus touché que la Seine-Maritime

Le nombre de personnes tuées sur les routes de la région a fortement diminué par rapport à 2012 avec des résultats très hétérogènes entre le département de l’Eure, qui enregistre une hausse de 15% du nombre de tués et la Seine-Maritime une diminution de 32%.

Moins d’accident grave mais plus d’accidents corporels

En 2013, la gravité des accidents en Haute-Normandie a diminué de 13% par rapport à 2012 car le nombre de tués a diminué plus fortement que le nombre d'accidents corporels. La gravité dans l’Eure a fortement augmenté de 26% et celle de la Seine-Maritime a fortement baissé de 29%.

Plus de tués de septembre à décembre 2013

L'année 2013 montre une saisonnalité normale avec deux pics au mois de septembre et décembre pour le nombre de tués et le mois de juin en ce qui concerne les accidents corporels.

La campagne plus touchée que les agglomérations

En Haute-Normandie, 60% des accidents corporels se situent en agglomération, alors que les quatre-cinquièmes des tués surviennent en rase campagne. En rase campagne, 76% des tués le sont hors intersection. Par rapport à 2012, le nombre de tués en agglomération a très fortement diminué de 41%. Par contre, le nombre de tués en intersection en rase campagne a augmenté de 31% (+4 tués). En terme de gravité (tués pour 100 accidents), les accidents en rase campagne (17,4 tués pour 100 accidents) sont six fois plus graves que ceux survenant en agglomération (2,7 tués pour 100 accidents) comme au niveau national.

Répartition des personnes tuées par catégorie (véhicule, deux roues, piétons)

Hausse des accidents pour les cyclistes


En 2013, le nombre de blessés hospitalisés parmi les cyclistes a augmenté (+ 32%) par rapport à 2012 : 7 blessés hospitalisés sur les 8 supplémentaires sont âgés de plus de 65 ans. 44% des victimes piétons ont moins de 13 ans ou plus de 65 ans. Le nombre élevé de victimes parmi les piétons de 65 ans et plus montre leur vulnérabilité au regard d'une population moindre que celle des autres tranches d'âge.

Parmi les deux-roues motorisés, la tranche d'âge des 25-44 ans est la plus exposée parmi les usagers de motocyclettes (42% des victimes) et les 14-24 ans parmi les cyclomotoristes (68% des victimes).

L’alcool première cause des accidents mortels


En 2013, on observe un conducteur avec une alcoolémie contrôlée positive dans 19% des accidents corporels et dans 43% des accidents mortels pour lesquels le taux d'alcoolémie est connu (64% des accidents mortels). Sur les accidents mortels : c'est une augmentation de 13 points par rapport à 2012 ; c'est 13 points de plus qu'au niveau national.
On remarque que la très grande majorité des accidents corporels ou mortels avec présence d'alcool ont lieu avec un conducteur ayant un taux d'alcoolémie délictuel. L’alcoolémie moyenne des conducteurs contrôlés positifs est de 1,5 g/l de sang, c'est à dire un peu moins que la moyenne nationale (1,6).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière sécurité faits divers accident police
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter