Matchs truqués: la LFP pourrait se constituer partie civile selon son président

Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel, a vivement réagi après l'annonce de plusieurs interpellations dans le milieu du football professionnel. Si le truquage des matchs était avéré, les personnes et clubs impliqués seraient lourdement sanctionnés.

Une dizaine de personnes ont été interpellées ce mardi matin à Nîmes, Angers, Caen et Dijon: des supicions de truquage planent sur des matchs disputés la saison dernière par le club du Gard. Le président du stade Malherbe de Caen, Jean-François Fortin, a été placé en gared à vue. Le club bas-normand doit donner une conférence de presse à 15 h 30. La Ligue de football professionnel a réagi dés ce matin par la vois de son président. La corruption et les soupçons de truquage sont "un poison mortel pour notre sport et pour le sport en général", a déploré Frédéric Thiriez.

"Si des faits de corruption, de trucage, d'arrangements ou même de simples tentatives sont avérés, les instances de la LFP prendront les sanctions disciplinaires ou administratives, individuelles ou collectives, qui s'imposent avec la plus grande fermeté", a affirmé M. Thiriez lors d'une conférence de presse, ajoutant que ces sanctions pouvaient aller jusqu'à la radiation.

"Les personnes mises en cause pourraient être présentées au juge d'instruction sous bref délai. Bien évidemment, la LFP et la FFF se constitueront partie civile pour défendre l'honneur du football", a poursuivi le président de la Ligue.

La conférence de presse de Frédéric Thiriez