Alexis Gomez et Pierre Touzaint deux cavaliers du Pôle Jeunes

Publié le Mis à jour le
Écrit par FML
 Alexis Gomez et Pierre Touzaint
Alexis Gomez et Pierre Touzaint

Portraits croisés de Alexis Gomez et Pierre Touzaint. Nous les suivrons au long de leur dernière année au Pôle Jeunes de Concours Complet d'Equitation, au sein de l'ENE à Saumur. 

Un mardi matin de mai dans les écuries du Pôle Jeunes CCE. Les cavaliers s’activent. Chacun a son programme. Philippe Mull passe saluer tout le monde. Certains sont déjà à cheval sur une des nombreuses carrière de l’Ecole, d'autres curent les boxes.

2 parcours

Alexis Gomez prépare cheval et sellerie. Dans moins de 2h, il part pour l’Allemagne. A Marbach exactement avec Quartz du Lerchenberg. Un des chevaux de son piquet. A 21 ans, il est régulièrement en équipe de France et il fait encore partie de la structure jusqu’à la fin de l’année.
Atypique, il l’est car il fait partie de ces cavaliers que rien ne prédestinait à embrasser cette discipline sportive. En tous les cas pas sa famille.
A 5 ans, il fréquente un poney club près de Blois. « J’ai été piqué tout de suite par le virus. » Et le hasard est souvent têtu : le club est tourné vers le Concours Complet, une spécialité pourtant assez peu répandue… « Sauter un tronc m’a tout de suite paru évident et naturel. » Tout logiquement, il ne fréquentera plus que des écuries et des professionnels qui le feront progresser dans cette voie.
En attendant, il a déjà accumulé un joli palmarès depuis ses 13 ans. Dont un titre de champion d’Europe par Equipe à Jardy en 2013 avec Quartz du Lerchenberg, où les bleuets ont engrangé une moisson de médailles.

Pierre. Un parcours plus classique parce que du serrail ? Non pas vraiment non plus. Atypique, il l’est aussi. D’abord parce qu’est accolé à son prénom, un nom qui raconte une partie de l’histoire du concours complet français. Touzaint. Après les frères Jean-Yves et Thierry (aujourd’hui patron du Team France Sénior qui a rapporté moultes médailles et titres à notre pays)… Son cousin Nicolas (premiers Jeux Olympiques à 20 ans et vainqueur à Badminton)… Lui attend l’âge de 12 ans pour monter à cheval. Et de fil en aiguille… Il avance et se fait un prénom. Jusqu’à un titre de vice-champion d’Europe en 2013 en individuel à Jardy.


Un quotidien équestre bien rempli

Alexis
Jeune mais déjà bien occupé. Il compte 6 chevaux dans son écurie, dont deux de tête : 1 qui lui appartient et les autres confiés soit par des propriétaires soit par le Cadre Noir. « Cette structure Pôle Jeune est une aubaine. C’est ce qui a tout déclenché. Cela permet de bénéficier d’une structure. D’être accompagné aussi. »

Pierre
De fait, au regard de ses performances, le Pole France Jeunes Cavaliers de Saumur n’est pas une surprise mais le résultat du travail fourni.
Son piquet de chevaux est constitué de 4 chevaux dont 3 proviennent de l’élevage familial (Scapin du Brio, Arezzo du Brio, Tikas de l’Elfe) et 1 de l’Ecole.



Objectifs sportifs

Alexis
Cette année est transitoire compte tenu de son âge. « Je dois essayer de progresser en CCI et CIC 3*. Et me qualifier pour de la 4*. D’ici 2 à 3 ans, j’aimerais pouvoir me qualifier avec un ou deux chevaux pour le championnat du Monde de Braham des Moins de 25 ans l’an prochain. C’est la raison pour laquelle j’y suis inscrit cette année. Un format court avec le CSO avant le cross. Comme un repérage. »


Pierre
« J’ai 21 ans en 2015. C’est donc ma dernière année ici. Déjà qualifié pour les Europe de septembre prochain avec Scapin, j’essaye d’emmener Orage de Longuemnée ENE-HN. » Histoire d’effacer un raté l’an dernier. Quelques jours avant le rendez-vous portuguais à Vale Sabroso, « nous avions préféré déclarer forfait avec Scapin, légèrement blessé. C’était important de le préserver. »
D’ici là, on pourra le voir au Lion d’Angers le dernier week-end de mai ou fin juillet au Haras du Pin, lors de deux des étapes du Grand National, et entre temps au championnat de France des Jeunes cavaliers fin juin.

pierre touzaint vice champion d'europe à Jardy

Quel avenir ?

Alexis
En parallèle du travail de ses chevaux et des concours, Alexis entend devenir professionnel. A l’Ecole Nationale d’Equitation, il suit le cursus logique : après son BP + DE en complet, un DE en Concours de Sauts d’Obstacles.

Pierre
Passer ses examens universitaires. « De deuxième année de Sciences économiques et gestion à l’université d’Angers ». Car lui est important d’assurer un bagage tout en déroulant sa vie sport et cheval.  Et quant à son avenir, il n’est pas encore arrêté. La voie n’est pas toute tracée. « J’avais peur de regretter de ne pas essayer le cheval à fond. Mais je ne me voyais pas arrêter après le bac. L’ouverture d’esprit passait par des études. Cette voie généraliste me servira… Il sera temps de décider si j’entame une carrière dans les chevaux. »
Une retenue basée non sur le désir mais plutôt sur la raison. Pierre Touzaint a la tête sur les épaules. « Il existe une vraie difficulté de vivre du Concours complet en France. Et cela même si c’est avec les chevaux que je me sens le mieux. Continuer mes études et rester dans le coup pour réaliser un vrai. C’est ce que le Pôle France me permet de faire. »


Des envies ?

Alexis
« Des grosses barres en concours hippique, du haut niveau en dressage. De toute les façons, c’est vers cela que l’on se dirige en CCE en France. C’est déjà le cas en Allemagne ou en Grande-Bretagne. Quand on voit Jung ou Fox-Pitt, parmi les tous meilleurs du monde, ils sortent en 150 sur les barres régulièrement et sortent des chevaux en Saint Georges. »

Pierre
Et le nom de Touzaint, n’est il pas trop collant ? « C’est vrai que lorsque je sors des jeunes chevaux en concours hippique, j’y suis sans étiquette. Apres mes études, j’envisage de partir un an à l’étranger pour y évoluer plus librement. »


En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.