Après la sécheresse, des maisons se fissurent à Mézidon-Canon

De nouvelles fissures sont apparues cet été sur la maison de cet habitant de Mézidon-Canon
De nouvelles fissures sont apparues cet été sur la maison de cet habitant de Mézidon-Canon

A Mézidon-Canon, dans le Calvados, plusieurs habitants constatent l’apparition d’inquiétantes fissures sur les façades de leurs maisons. En cause, peut être la sécheresse de ces derniers mois... 

Par CM et FT

"C'est une vieille maison", reconnait Laurent Tribondeau, "mais les fissures sont impressionnantes." Cet habitant de Mézidon-Canon a vu cet été la maison qu'il occupe depuis 35 ans se léazarder à différents endroits : la façade extérieure mais aussi les murs intérieurs et les sols carrelés. Laurent Tribondeau est loin d'être un cas isolé dans la commune. Chez certains habitants, le phénomène est apparu voilà déjà quelques années. Mais les fortes chaleurs enregistrées cet été semblent avoir donné un coup d'accélérateur.
 
Après la sécheresse, des maisons se fissurent à Mézidon-Canon
Laurent Tribondeau et son épouse ont acheté leur pavillon il y a une dizaine d'années. Il y a trois ans, à leur retour de vacances, ils ont une désagréable surprise. Des premières lézardes sont apparues sur la façade. Depuis, le couple voit arriver avec appréhension la saison estivale. Le phénomène s'aggrave chaque année quand le mercure est à la hausse. "Si on devait la vendre, on ne sait même pas comment on ferait", raconte Marie-Eve Tribondeau.

Le sol argileux de la commune serait à l'origine de ces fissures. Sous l'effet de la sécheresse, celui-ci se rétracte. C'est en tout cas ce qu'a affirmé l'expert mandaté par la famille Tribondeau. Laquelle a demandé le classement en situation de catastrophe naturelle. La demande a été rejetée par la préfecture. A la suite de ce refus, un collectif d'habitants de plusieurs communes environnantes, confrontés à des problèmes similaires, s'est constitué et s'est tourné vers le tribunal administratif. En vain.

La municiplaité de Mézidon-Canon pourrait prochainement redéposer une demande de classement en catastrophe naturelle. "Il y a aussi un enjeu de sécurité puisque les maisons, pour partie, sont prêtes à s'écrouler donc c'est vrai que la hantise que manifestent les habitants est tout à fait louable," plaide l'élu, avant de concéder, "mais c'est un dossier très compliqué."

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus