26e édition du prix Bayeux des correspondant de guerre : la cérémonie de clôture en DIRECT

Le 11 mars 2018 dans la bande de Gaza. Cette photo, prise par Mahmud Hams de l’Agence France-Presse, est l'affiche du Prix Bayeux 2019 / © Mahmud Hams/AFP
Le 11 mars 2018 dans la bande de Gaza. Cette photo, prise par Mahmud Hams de l’Agence France-Presse, est l'affiche du Prix Bayeux 2019 / © Mahmud Hams/AFP

Le Prix Bayeux tend à sensibiliser le public au métier de reporter de guerre. C’est aussi l’occasion de se pencher sur les conflits internationaux, actuels ou passés, à travers différentes expositions. Vivez la cérémonie de clôture samedi 12 octobre en direct à partir de 18H30.

Par Flore Caron

Expositions, projections de films, rencontres et débats, etc. Différentes animations rythment toute cette semaine et comme chaque année la ville de Bayeux, à l’occasion du prix éponyme. L’événement qui tend à récompenser les correspondants de guerre mais aussi à sensibiliser le public sur les conflits internationaux, se clôturera le 13 octobre, le lendemain de la remise des prix. C’est Gary Knight, photographe de guerre mondialement connu, qui préside cette année le jury. Il sera présent ce samedi pour la remise des récompenses à partir de 18h30. La cérémonie sera à suivre en direct ci dessous et sur notre page Facebook.
 
Cette soirée de remise des prix sera l’occasion de faire le point sur l’actualité de l’année écoulée. Elle sera ponctuée de sujets inédits spécialement réalisés pour ce rendez-vous, de reportages des lauréats, en présence du jury et de très nombreux journalistes. C'est le journaliste Nicolas Poincaré, qui a été lui aussi reporter de guerre, qui l'animera, Laurent Marvyle l'a rencontré cette semaine, alors qu'il visitait l'une des expos photos visibles à Bayeux cette semaine.
 
Portrait de Nicolas Poincarré journaliste - Prix Bayeux Calvados correspondants de guerre - 11 octobre 2019
Intervenants :
Patrick Gomont, Maire de Bayeux
Nicolas Poincarré, Grand reporter
 

Des expos photos dans la ville

Les expositions vont s’étendre, elles, au-delà de cette date, et pour certaines jusqu’au 3 novembre. Elles sont présentes dans différents lieux de la ville tels que l’ancienne école primaire Alain Chartier ou encore le musée Mémorial de la bataille de Normandie.

Guerres et paix au Moyen-Orient  

Le Moyen-Orient, théâtre de nombreux conflits internationaux, est omniprésent dans la programmation de cette 26e édition. L’exposition intitulée « Afghanistan : Le terrain de guerre du monde » revient par exemple sur le conflit qui marque le pays depuis 1978. Dans les rues de la ville de Bayeux, une autre exposition met en exergue les photos de l'Iranien Alfred Yaghobzadeh qui, derrière son viseur, capte des scènes de la révolution Iranienne.
 
Prix Bayeux: les photos de l'Iranien Alfred Yaghobzadeh


« Gaza : population hors d’Etat », proposée quant à elle par Médecins sans frontière se concentre sur la répression sanglante menée par Israël depuis près d’un an contre le mouvement de protestation des Gazaouis « La grande Marche du retour ».

Parmi les grands témoins invités cette année au Prix Bayeux des Correspondatns de guerre, la journaliste Cécile Hénnion. Elle a publié cette année un livre de témoignages sur le martyr de la ville Syrienne d'Alep intitulé "Le Fil de Nos Vies Brisées". Cet ouvrage est le point de départ d'une exposition à la salle du Radar. Des propos qui dressent le portrait d'une cité massacrée, une ville qui ne retrouvera jamais son passé.
 
Prix Bayeux: rencontre Cécile Hennion

A écouter également ci-dessous l'entretien de Cécile Hennion avec Tewfik Hakem sur France Culture le 29 avril 2019


C’est aussi la fin d’une guerre qui fait l’objet de l’exposition « Fort comme la paix, doux comme la guerre ». Les photos qui ornent les murs du Musée d’art et d’histoire dépeignent la très récente fin du conflit Syrien et le retour à la « normale ». On y voit un pays qui essaie de se reconstruire en dépit des marques indélébiles qu’a laissées cette guerre sanglante : des pertes humaines (plusieurs milliers de victimes) mais aussi matérielles (des villes entièrement ravagées).
 

Conflit récent et anniversaire

De son côté, l’exposition « Venezuela : la chute sans fin » nous amène en Amérique Latine dans un pays en proie à une crise sans précédent depuis cinq ans. Malgré sa très importante réserve de pétrole, le pays souffre d’une pénurie alimentaire et de médicaments, le taux de criminalité explose et il subit de très fréquentes pannes de courant depuis le mois de mars.

Le Prix Bayeux est aussi l’occasion de revenir sur un conflit qui a marqué la Chine il y a pile 30 ans : l’exposition intitulée « Place Tian’anmen : la liberté massacrée ». Les photographies prises par Jacques Langevin donnent à voir ce tragique événement qui a coûté la vie à des milliers de militants pacifistes en 1989. Manifestant pour plus de liberté et de démocratie, ils se sont faits assassiner par l’armée de Li Peng et Deng Xiapoing.
 
Bayeux : expo « Place Tian’anmen : la liberté massacrée »
"Ces jeunes voulaient simplement plus de liberté, plus de démocratie, moins de corruption sans vouloir renverser la table", raconte le photographe français Jacques Langevin.
 
Prix Bayeux : interview du photographe Jacques Langevin


Le programme complet est consultable en ligne. et téléchargeable ci-dessous :

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus