Cet article date de plus de 4 ans

Bretteville sur Laize se prépare à accueillir 16 migrants

Ce lundi soir, vers 21h, un bus de migrants venu de Calais est attendu près de Caen, à Bretteville-sur-Laize (14). 16 personnes vont être hébergés dans le centre d'accueil et d'orientation de la ville.
Le CAO de Bretteville-sur-Laize a déja accueilli des migrants en 2015
Le CAO de Bretteville-sur-Laize a déja accueilli des migrants en 2015 © Catherine Berra
Ils font partie des quelques 7.000 migrants qui doivent évacuer la "jungle de Calais". Ils avaient le choix entre deux destinations et ils ont choisi Bretteville-sur-Laize. Seize jeunes hommes, en majorité soudanais, vont passer leur première nuit en Normandie ce soir, dans un centre d'accueil et d'orientation (CAO). Au chaud, et avec un vrai lit. Comme ceux qui partagaient le même bus, mais qui se sont arrétés à Evreux (27). Comme ceux qui arrivent dans la Manche.

Un kit d'hygiène, un rasoir et un gel douche vont leur être donné. La Banque alimentaire va également leur fournir de la nourriture au début. Trois travailleurs sociaux seront enfin là pour les encadrer, les aider dans leurs démarches.
Car très rapidement, il leur faudra lancer le long processus administratif de demande d'asile. Comme ceux qui les ont précédé ici l'an dernier.
Si leurs dossiers sont acceptés, ces hommes seront alors réorientés vers des centres d'accueil de demandeurs d'asile (CADA).

Reportage au Centre d'accueil et d'orientation de Bretteville-sur-Laize, avec Catherine Berra et Sabine Daniel

_ avec l'interview d'Evelyne Pambou, directrice départementale de la cohésion sociale
durée de la vidéo: 01 min 38
16 migrants à Bretteville-sur-Laize (14)

Caen et ses alentours possèdent en tout trois CAO (deux à Caen, un à Bretteville-sur-Laize), tous mobilisés pour accueillir des migrants.
Celui de Bretteville-sur-Laize pouvant accueillir 32 personnes sur 600 m2, les seize arrivants du soir devraient rapidement être rejoints par seize autres. 
L'un des deux CAO caennais va bientôt être agrandi pour doubler ses capacités d'accueil. Ce sera alors une petite centaine de personnes qui seront hébergés sur le secteur. 



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration