Caen : un bus de pèlerins catholiques attaqué par un groupuscule cagoulé

Un bus de pèlerins catholiques a été attaqué dimanche 20 janvier, peu après 8 heures, par une vingtaine de personnes cagoulées et vêtues de noir. Cinquante personnes avaient pris place dans le car, parmi lesquelles des enfants.

Le bus de pelerins attaqué à Caen, dimanche 19 janvier 2020, après un nettoyage lui ayant permis d'effectuer le déplacement en Mayenne
Le bus de pelerins attaqué à Caen, dimanche 19 janvier 2020, après un nettoyage lui ayant permis d'effectuer le déplacement en Mayenne © Alizé Voyages
Il était 8 heures 10, dimanche 19 janvier 2020, quand un bus emmenant des pelerins de Caen jusqu'à Pontmain (Mayenne) a été attaqué par une vingtaine de personnes cagoulées qui voulaient l'empêcher de partir.

Alors que le véhicule s'apprête à quitter la maison diocésaine, une vingtaine d'individus tentent de l'immobiliser. Au bout de quelques minutes, le chauffeur du bus parvient à s'extraire du groupe qui jette alors de la peinture sur le pare-brise, à l'aide de pistolets de paintball, pour empêcher le départ. 

"Ils ont sans doute confondu avec des bus de la Manif pour Tous" explique le Père Laurent Berthou, porte-parole de Monseigneur Boulanger "ce qui nous apparaît  grave c'est cette montée de violence" explique-t-il ,"nous voulons lancer un appel à la paix sociale et au respect des opinions des uns et des autres". Pour cette raison, le diocèse n'entend pas déposer de plainte.

Le Père Laurent Berthou tient d'ailleurs à rappeler que les déplacements pour la manif pour tous ne sont pas organisés par le diocèse. Dimanche, le car à destination de Paris ne partait pas de la maison diocésaine.

Le car de pelerins attaqué à Caen se rendait en Mayenne 

Les pelerins se rendaient à Pontmain dans le cadre du 149 ème anniversaire de l'Apparition de la Vierge Marie, le 17 janvier 1871. 
A bord du bus, une cinquantaine de personnes avaient pris place, parmi lesquelles quelques enfants. Selon le diocèse, les passagers assis à l'avant du bus ont été choqués par cette attaque. Les autres pelerins n'ont pas vu ce qui se passait à l'avant. 

Le Père Gérard Pitel a assisté à la scène : "alors que nous sortions du parking privé du Diocèse, nous avons vu une vingtaine de personnes cagoulées devant le bus qui essayaient de nous empêcher de partir. Ils avaient une banderolle mais je n'ai pas réussi à la lire. Le chauffeur a avancé par à-coups. Ca a duré entre deux et trois minutes mais ça fait drôle quand même. "

J'ai dit au chauffeur : comment ça va se terminer ? Quand vous voyez des gens tous cagoulés...
explique le Père Pitel 

Selon l'organisatrice du pélerinage, les trois dames qui étaient assises aux premières places du car étaient stupéfaites et impressionnées d'être attaquées ainsi "sans savoir pourquoi". Le groupe d'individus masqués a déployé une banderolle que personne n'est parvenu à déchiffrer car au même moment, des balles de peintures étaient tirées sur le pare-brise. 

Joint par téléphone, le directeur d'Alizé Voyages, Laurent De Graw, explique que son chauffeur a été choqué "psychologiquement", lui aussi, par cet incident."C'est très perturbant" ajoute-t-il, "on ne s'attend pas du tout à ce genre d'attaque, c'est la première fois que ça nous arrive".


C'est la deuxième attaque, en 3 mois, d'un bus de pelerins à Caen

"C'est la deuxième fois qu'un bus de pelerins est attaqué" précise le Père Berthou, "en octobre 2019, les passagers d'un bus qui revenaient d'un pelerinage à Lourdes avaient été pris à parti par des personnes "vociférant des insultes". Ce jour-là, aussi, une manifestation de la Manif pour Tous se déroulait à Paris. 

Dimanche à Paris, le collectif "Marchons Enfants !", opposé au projet de loi de bioéthique, organisait un rassemblement à Paris auquel ont pris part des milliers de personnes. Parmi les organisateurs figurait La Manif pour Tous.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers perche