Emploi à Caen : des conducteurs de bus recherchés, un simulateur mis en place pour en attirer

Publié le
Écrit par Olfa Ayed

Pour découvrir le métier de conducteur de bus, un simulateur a été installé au parc d’Ornano, à l’abbaye aux Dames de Caen, vendredi 20 mai 2022. Les curieux sont invités à le tester car la profession recrute : une cinquante de postes sont à pourvoir chez Keolis dans le Calvados et dans la Manche.

"Il faut de la patience et un bon temps de réaction, être commercial. Et être patient", répète Richard Guesdon, formateur et chargé de recrutement chez Transdev sur le territoire de l’ancienne Basse-Normandie. "Il n’y a pas eu d’accidents encore ! Quelques problèmes seulement au niveau des ronds-points", rassure le formateur. Installé au parc d’Ornano de l’Abbaye aux Dames de Caen, toute la journée, ce vendredi 20 mai 2022, le simulateur de conduite a accueilli une trentaine de curieux ce matin. Quatre-vingt-dix personnes se sont inscrites pour cette journée découverte autour du métier de conducteur de bus.

"C’est impressionnant ! Il faut se rendre compte du gabarit", réagit Florian, 36 ans en recherche d’emploi. "J'aime beaucoup conduire et là, ce n’est pas évident. Il faut prendre conscience de la place et de la taille du véhicule. Mais ça donne à réfléchir puis ça recrute apparemment", renchérit Nicolas, également à la recherche d’un emploi.

Une cinquantaine de postes à pourvoir chez Keolis

Le métier de conducteur de bus recrute effectivement, il est même en pénurie, indique la responsable des ressources humaines de Keolis en ex Basse-Normandie, Léa Lecerf. 

Il y a une cinquantaine de postes sur Keolis Caen mobilité et un besoin de cinq postes dans la Manche.

Léa Lecerf

Responsable des ressources humaines de Keolis en ex Basse-Normandie

L’objectif de cette journée et donc d’informer et attirer les personnes intéressées par un métier qui, parfois, fait peur explique-t-elle : "On n’a pas la bonne représentation. On pense juste qu’on va conduire mais il y a tout un aspect commercial. On trouve que c’est trop gros, ça va rebuter certaines femmes. A Keolis, 35 à 40% des conducteurs de bus sont des femmes !"

Présent sur cette journée le centre de formation CESR d’Ifs pour expliquer la formation car c’est lui qui en aura la charge durant plus de trois mois. Une formation entièrement financée par la région Normandie. "Aujourd’hui, des conducteurs de bus formés, il n’y en n’a pas sur le marché. Il faut le permis D et une Fimo (Formation Initiale Minimum Obligatoire). Nous, on fait passer le titre professionnel CTCR (conducteur transport en commun route), un diplôme de niveau 3", détaille Angélique Marie, du CESR d’Ifs. Pour participer à la formation, une série de tests seront effectués.

Des CDD à temps complets, des CDD et CDI à temps partiels

Pour la première session, qui démarre le 29 août prochain, 16 places sont disponibles. D’autres suivront. A l’issue des trois mois et du passage de l’examen, Keolis s’engage à recruter. Vingt postes en CDD à temps complets, de 6 mois chez Keolis Caen mobilité et une trentaine de postes en CDI et CDD à temps partiels sur les deux filiales Keolis Pays Normands et Bus vert.

Des rémunérations qui vont de 1000 euros nets par mois pour un contrat à 70% à 2051,21 euros brut pour un temps complet.

Le 25 mai prochain, le CESR d’Ifs organise une session d’information collective sur cette formation au métier de conducteur de bus. Pour y participer, il faut appeler le CESR au 02 31 35 36 60