Fraude fiscale : Franck Dumas condamné à 36 mois de prison dont 10 avec sursis

© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN
© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

L'ancien entraîneur du Stade Malherbe de Caen a décidé de faire appel de ce jugement qui va au-delà de ce que le parquet avait requis. Pour son avocat, Franck Dumas est "victime de son appartenance au monde du football".

Par CM / FT / PMP

Franck Dumas n'était pas présent à l'audience ce matin, pour entendre son jugement. Le tribunal a prononcé une peine de trois ans de prison dont dix mois assortis du sursis. L'ancien footballeur est aussi dans l'obligation de rembourser le Trésor Public. "C'est une sanction lourde, estime son avocat Me Philippe Veber. On veut faire un exemple. Nous allons donc immédiatement faire appel, et nous irons jusqu'au bout". La justice a également ordonné la publication du jugement dans le quotidien sportif l'Equipe. Ce même jugement devra aussi être affiché sur les grilles du stade d'Ornano. Son avocat s'interroge : "Pourquoi imposer ce bannissement à Franck Dumas ? "

La réaction de Me Philippe Veber, avocat de Franck Dumas :
Me Philippe Veber, avocat de Franck Dumas

Lors de l'audience le 6 décembre dernier, le procureur de la république avait demandé une peine de trois ans de prison dont une année assortie du sursis. Le jugement prononcé ce matin est donc plus sévère, ce qui étonne le conseil de Franck Dumas : "On avait apporté des éléments démontrant qu'il n'y a pas eu de fraude. Je crois qu'il faut informer les citoyens qu'un simple retard de paiment peut désormais être assimilé à une fraude". Selon le fisc, l'ardoise du contribuable Franck Dumas s'élève à 557.496 euros. Le parquet le soupçonne d'avoir organisé son insolvabilité et minoré ses revenus de 55%, entre janvier 2011 et fin 2013. A l'audiencee Malherbe s'était défendu d'avoir voulu frauder en expliquant notamment avoir maintenu un train de vie au-dessus de ses moyens à cause d'une dépendance au jeu.

Avant de comparaître le 6 décembre dernier devant le tribunal correctionnel de Caen, Franck Dumas avait d'abord été jugé par défaut (en son absence, NDLR) le 13 septembre et condamné à trois ans de prison. Il a alors fait opposition à cette décision ce qui lui a permis d'être rejugé le 6 décembre. Pour justifier son absence lors du premier procès, l'ancien joueur et entraîneur du Stade Malherbe de Caen avait invoqué des problèmes d'ordre pécuniaire : il se trouvait alors en Guinée-Equatoriale pour "trouver du boulot". Et s'il ne s'était pas fait représenter par son avocat, c'est qu'il n'avait pas d'argent pour régler les honoraires. 

Franck Dumas a pourtant évolué de nombreuses années au plus haut-niveau, à Caen, à l'Olympique de Marseille et à l'AS Monaco (avec qui il a été champion de France) avant d'embrasser une carrière d'entraîneur, ce qui laisse supposer des revenus conséquents. "En 2012, vous avez perçu 1,39 million d’euros » a souligné le président du tribunal le 6 décembre dernier, précisant que Franck Dumas avait en outre perçu cette même année plus de 730 000 euros d'indemnité de rupture non-imposables après avoir été limogé par le Stade Malherbe. A la barre, l'ancienne gloire du club a expliqué : "A aucun moment je n’ai voulu frauder (...) J’étais accro au jeu. C’est ce qui m’a foutu en l’air (...). J’étais capable de dépenser 100 000 euros par mois pour le jeu".

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans les coulisses avec les supporters du Football Club de Rouen

Près de chez vous

Les + Lus