"On ne peut pas être noir comme ça tout le long de la saison" veut croire Stéphane Moulin, l'entraîneur du Stade Malherbe, avant la réception d'Ajaccio

Publié le Mis à jour le

Le Stade Malherbe de Caen reçoit ce lundi soir Ajaccio à d'Ornano. Un gros morceau pour le club normand qui depuis le début de la saison est en manque de réussite et peut-être de chance.

"On est au plus profond du profond." Dans cette situation, n'importe qui ne peut que remonter. C'est du moins le message qu'a tenté de faire passer Stéphane Moulin, l'entraîneur du Stade Malherbe de Caen, à ses joueurs après ce qu'il appelle "un voyage tempête", le déplacement à Sochaux le 15 janvier dernier.

Un voyage rocambolesque qui vit les Normands atterrir en Allemagne, à 300 kilomètres de leur destination en raison d'une météo capricieuse. Un match aux allures de montagnes russes qui vit les Caennais mener 2-O à la fin de la première mi-temps avant de finir la rencontre à dix et s'incliner dans les arrêts de jeu. "J'ai dit aux joueurs : vu ce qui nous est arrivé, on doit être blindé aujourd'hui. Ça doit nous rendre plus fort. On a failli réaliser un exploit. Avant d'aller là-bas, tout le monde pensait qu'on allait se faire exploser. On a fini par craquer, c'est vrai. Mais on n'a pas explosé." Le coach veut croire que ce samedi noir constituera une sorte d'apothéose du chemin de croix qu'arpentent les Malherbistes depuis le début de la saison. "On ne peut pas être noir comme ça tout le long de la saison. Ce n'est pas possible. Il n'y a pas de raison rationnelle qui peut expliquer ce qui nous arrive."

"Les garçons s'accrochent"

Car les premiers mois ont été marqués par de nombreuses blessures, privant l'effectif de certaines de ses forces les plus vives. "Les autres ont beau donner le meilleur d'eux-mêmes - les garçons s'accrochent, c'est une chose que je ne peux pas leur reprocher- il y a une hiérarchie dans un effectif et s'il y a une hiérarchie c'est qu'il y a une raison", commente Stéphane Moulin, qui confesse son impatience de "pouvoir utiliser la totalité de nos forces, tous ensemble. Je n'ai pas pu le faire encore. On arrive à la 22e journée."

Un "effectif plus homogène", c'est l'objectif fixé par l'entraîneur. "Ça ne se fait pas en six mois." Mais le travail semble commencer à porter ses fruits. Depuis le match face à Auxerre début décembre, Malherbe affiche une moyenne de deux buts par rencontre. "Les joueurs sentent qu'ils sont en progrès. On sent qu'on est en train d'avancer mais on n'arrive pas à avancer aussi vite dans les progrès que dans les résultats. Il faut qu'on arrive maintenant à aligner les deux. On aura une occasion de le faire lundi et une autre vendredi."

Le numéro 2 de ligue 2

Et la première ne s'annonce pas des plus aisées pour Caen relégué ce weekend à la 16e place du classement après la victoire d'Amiens face à Guingamp. Car Ajaccio "c'est une équipe qui maîtrise parfaitement son système de jeu sur le plan défensif et qui punit l'adversaire de manière très froide sur les moindres situations qu'elle se procure. On n'a pas 41 points au bout de 20 journées par hasard." Et pour affronter le deuxième du championnat de ligue 2, le club normand doit encore composer avec plusieurs absents : Abdi (à la CAN), Da Costa (suspendu), Jeannot, Chahiri et Teikeu. Certains effectueront toutefois leur retour dans l'effectif comme Mendy, Traoré, Diani, Lepenant et Court.

"On va tomber face à un roc. On doit faire ce qu'il faut. Et après, il faut qu'on sente les bonnes énergies autour de nous pour qu'on arrive à surpasser, dépasser tous les problèmes qu'on peut rencontrer", prévient Stéphane Moulin. Hélas, le douzième homme sera lui aussi diminué. Dans un communiqué publié ce lundi matin sur sa page Facebook, le groupe de supporters du club, le MNK 96 annonce qu'il ne reprendra pas le chemin du stade tant que la jauge de 5000 personnes sera en vigueur.