Pétards, échauffourées, tirs de LBD : à Caen, un enfant de 7 ans blessé à la jambe dans le quartier de la Guérinière

Un jeune homme de 17 ans a été mis en examen après les heurts survenus dans la nuit du 29 au 30 juin sur la place de la Liberté. Pris pour cible, des policiers ont à plusieurs reprise procédé à des tirs de LBD. Un enfant touché à la cuisse "aurait été atteint par un projectile de défense".

La Guérinière n'a pas toujours eu bonne réputation, mais aujourd’hui, c'est un quartier d'ordinaire plutôt calme.
La Guérinière n'a pas toujours eu bonne réputation, mais aujourd’hui, c'est un quartier d'ordinaire plutôt calme. © Quentin Cezard / France Télévisions

Une soirée mouvementée à la Guérinière

Ce début d'été n'a rien de caniculaire. Mais la température a brutalement monté de quelques degrés lundi. Dans l'après-midi, la place de la Liberté sort de sa torpeur quand retentissent des détonations de feux d'articice. Vers 17h45, la police arrive sur les lieux. Selon le récit qu'en fait Amélie Cladière, la procureure de la République de Caen, une voiture est "la cible d'un tir de fusée" qui atteint une vitre. Un des policiers réplique en faisant usage d'un lanceur de balle de défense (LBD). "Quelques mètres plus loin", un autre véhicule de police est à son tour visé par des fusées. Des "renforts de forces de police" lui permettent de se dégager.
 
Le marché de la Guérinière : le quartier a retrouvé son calme habituel
Le marché de la Guérinière : le quartier a retrouvé son calme habituel © Quentin Cezard / France Télévisions
 Un peu plus tard dans la soirée, des jeunes du quartier se rassemblent à nouveau. "C'est vrai qu'on a eu du mal à dormir lundi soir", confie une habitante. Vers 23 heures, des poubelles sont incendiées sur la chaussée, constituant "un barrage", selon la procureure de la République. La police intervient une nouvelle fois "en appui des pompiers". Et cette fois encore, les véhicules des policiers sont pris pour cible. Les fonctionnaires répondent par des tirs de LBD, "à plusieurs reprises", précise Amélie Cladière. 

Le parquet de Caen a ouvert des enquêtes "concernant ces faits de destruction par un moyen dangereux et de violences commises sur les forces de police". Un jeune homme âgé de 17 ans a été interpellé dans la nuit sur la foi des images filmées par une caméra de video-protection. Il a été présenté à un juge des enfants et il a été mis en examen mercredi après-midi. Un autre homme a été interpellé mais remis en liberté. La procureure de la République souligne que "de nombreuses investigations restent à effectuer".

Un enfant de 7 ans a-t-il été blessé par un tir de LBD ?

Dans la soirée de lundi, la maman d'un jeune garçon âgé de 7 ans constate que son fils est blessé à la cuisse. L'après-midi, il était sorti pour jouer dehors avec un copain. Il s'est approché pour voir les feux d'artifice. C'est à cet instant qu'un projectile l'a atteint à la jambe. La justice dit en avoir été avisée à 20h30. La mère et son fils ont été entendus mercredi après-midi. La procureure précise que l'enfant qui souffre d'un hématome "aurait été atteint par rebond du projectile de défense en provenance du véhicule" de police. "Des constatations médicales complémentaires sont notamment prévues lundi 6 juillet", et une enquête distincte est ouverte afin de faire "toute la lumière" sur l'origoine de cette blessure.
 
durée de la vidéo: 01 min 09
Témoignage d'un habitant du quartier de la Guérinière ©France 3 Normandie

Des policiers manifestent leur exaspération

À Caen aussi, des fonctionnaires de police sont très remontés contre leur ministre de tutelle. Christophe Castaner est accusé de les "lâcher" alors que l'institution est ciblée par des accusations récurrentes de violence et de racisme. Mardi soir, plusieurs dizaines de policiers se sont rassemblés sur la place Fontette, devant l'ancien palais de justice. Les heurts de la veille à la Guérinière ont sans doute aussi contribué à attiser la colère. Le syndicat Alliance Police se borne aujourd'hui à condamner les actes de violence subis par les policiers mais se refuse à tout autre commentaire.

Dans quelques quartiers de Caen, "c'est le 14 juillet" presque tous les jours

Depuis le déconfinement, la ville est régulièrement secouée par des bruits étranges : des explosions, des détonations précédées de sifflements. Les témoignages publiés sur le groupe Facebook Vivre à Caen permettent de localiser ces feux d'articice improvisés. Ils donnent aussi une idée de leur fréquence...

Mardi, Z. écrit : "Herouville au moins 15 /20 détonations depuis cet aprem. Et c'est énorme le bruit". D; ajoute : "Dimanche soir j'ai vu des feux d'artifices plein centre d'herouville." Une autre internaute ajoute : "On entend ça depuis quelques jours au Chemin Vert". "Même choses à la pierre heuze à 4h Du matin 4 détonation". Certains évoquent les murs qui tremblent, et le climat étrange que ce bruit installe : "ma petite de 5ans a hurlé", "des détonations de malade on croirait une grosse arme".
 
Pour voir cette video, cliquez sur ce lien
Feux d'artifice sauvage à la Guérinière, 29 juin 2020
Feux d'artifice sauvage à la Guérinière, 29 juin 2020 © Capture d'écran FB

S'agit-il, comme le suppose cet internaute, d'un "concours a la c... entre quartier celui qui fera le plus de bruit" ? À la Guérinière, lundi soir, la procureure de la République de Caen explique que les policiers sont intervenus pour "des tirs de fusées d’artifice de forte puissance". Les vidéos qui circulent sur internet donnent effectivement une idée du bruit provoqué par ces explosifs. Sur l'une d'entre elle, la personne qui filme commente, fataliste : "c'est le 14 juillet". Ironie de l'histoire, cette année, la ville de Caen a annulé celui qu'elle organise chaque été pour la fête nationale.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers violence
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter