Railcoop liquidée, la ligne Lille-Caen-Toulouse ne verra pas le jour

La coopérative ferroviaire qui ambitionnait de relier Toulouse à Lille, en passant par Caen et Rouen a annoncé sa liquidation prochaine. Railcoop est en redressement judiciaire depuis octobre 2023.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"En l'état, le tribunal de commerce de Cahors ne devrait pas avoir d'autre choix que de prononcer, le 15 avril 2024, la liquidation de notre coopérative", c'est ce que vient d'indiquer Railcoop dans un message à ses sociétaires, que s'est procuré l'AFP. La coopérative ferroviaire, mise en redressement judiciaire en octobre dernier, n'a pas réussi son changement d'aiguillage.

Née en 2019, la coopérative ambitionnait de "renforcer le maillage ferroviaire", en créant de nouvelles lignes sur tout le territoire. 

Parmi ces projets, relier Toulouse à Lille, en passant par la Normandie (Caen et Rouen). La coopérative l'avait mis sur les rails en deux temps. Railcoop avait obtenu le feu vert de l'Autorité de régulation des transports le 30 décembre 2021 pour exploiter six lignes ferroviaires dont Lille-Nantes, après des études d'équilibre économique demandées notamment par la Région Normandie. Les autres lignes, dont le Caen-Toulouse, "n’avaient fait l’objet d’aucune saisine de la part d’autorités organisatrices des transports. Elles étaient donc de facto autorisées dès juillet 2021", selon Railcoop. 

14 500 sociétaires pour "le premier train citoyen"

Elle ambitionnait de lancer ses lignes en 2022, mais Railcoop a dû reporter ses projets, faute de financements. Railcoop avait cherché pendant tout l'été 2023 à lever 500.000 euros supplémentaires auprès de ses 14 500 sociétaires, pour payer les salaires et les factures de ses fournisseurs. Elle avait également lancé une campagne pour convaincre de nouveaux sociétaires de tenter l'aventure du "premier train citoyen" 

Mais fin septembre 2023, Railcoop n'avait réuni que 383.500 euros, la contraignant à ouvrir une procédure collective devant le tribunal de commerce. La coopérative a été placée en redressement judiciaire à la mi-octobre : cela lui ouvrait un délai de six mois pour trouver des capitaux afin de garantir la poursuite de son activité. 

Une dette "insoutenable" 

Railcoop a tenté de céder deux rames, mais la société ACC M qui les stockait lui réclamait "880 000 euros de frais de garage". Le tribunal de Clermont Ferrand a donné raison le 21 mars à la société ACC M. 

"Par cette décision, le tribunal nous empêche de procéder à la vente des deux rames (qui était signée), nous coupe toute source de financement de court terme, et nous fait porter une nouvelle dette, insoutenable"

Railcoop

communiqué de Railcoop à ses sociétaires

"Cette décision de justice incompréhensible scelle le sort de Railcoop. (...) C'est avec le plus grand regret que nous vous adressons ce message, après des mois passés ensemble à se battre, pour éviter la fin de notre belle aventure collective", conclut le message envoyé par la coopérative à ses sociétaires.