Un robot pour fabriquer les traitements anticancéreux : une arme de plus dans la lutte contre la maladie

Il en existe seulement six en France. Le centre Baclesse de Caen vient de se doter d'un robot pour fabriquer des traitements anticancéreux. Un atout de plus dans la lutte contre la maladie. Ce robot permet de réaliser des traitements beaucoup plus vite et en toute sécurité.

C'est un atout de plus dans la lutte contre le cancer que vient d'acquérir le centre Baclesse de Caen. 

Un robot appelé THOR, pour Thérapeutique Oncologique Robotisée, est entré en service depuis quelques mois, dans la pharmacie du centre anticancéreux. Son travail consiste à fabriquer des traitements de manière rapide et sécurisée. "THOR, c'est aussi un clin d'œil à la mythologie nordique, à ce Viking qui a une attache par rapport à la Normandie",  explique Fabienne Divanon, chef du service de pharmacie du centre Baclesse. "C'est aussi une manière de le personnifier. Thor, c'est un vrai collaborateur très clairement, il y a une vraie interface, un vrai binôme, une réelle collaboration avec un opérateur donc on a voulu lui donner des caractéristiques humaines.

La préparation des traitements anticancéreux injectables est une pratique complexe, à haut risque, en raison de la dangerosité des médicaments qui sont utilisés.

L'arrivée du robot nous a apporté beaucoup de sérénité dans notre travail en diminuant le stress.

Frédéric Beau, préparateur en pharmacie au Centre Baclesse

En 2023, la pharmacie du Centre a produit plus de 39 000 traitements injectables, soit environ 160 préparations par jour, dont 50% préparés par ce nouveau robot. "Un des objectifs c'était d'optimiser les flux de production donc de mettre à disposition ces préparations un peu plus rapidement et in fine d'améliorer les délais d'attente des patients", indique Fabienne Divanon, "On est dans un  contexte où il y a une demande croissante de ces traitements et la robotisation  s'inscrit vraiment dans ce cadre-là. "

Un outil rapide et précis

Le robot "THOR" fabrique les traitements avec un niveau de sécurité optimal. Il est équipé de capteurs qui garantissent l'identification de tous les composants et possède une balance de précision, pour contrôler l'exactitude de la dose, à tous les stades du processus de préparation. 

Le robot répond également aux besoins croissants de l'activité du Centre. Il travaille essentiellement sur les doses standards qui représentent 56% des traitements administrés dans l'établissement. Pour les 44% restants, c'est un opérateur humain qui continue de fabriquer les préparations "sur mesure". 

Vers une pharmacie 4.0

L'arrivée du robot dans le Centre Baclesse a changé le métier de préparateur en pharmacie. Tout le processus de production a été digitalisé, de la prescription à la traçabilité de l'administration. Le centre caennais est le premier en France à avoir interfacé son logiciel de prescription. 

Nous avons été sollicités par d'autres hopitaux utilisant le même robot, pour leur transmettre notre processus d'organisation du travail.

Roman Rouzier, Directeur général du Centre Baclesse

En 2023, le Centre Baclesse de Caen a accueilli plus de 27 000 patients. Il compte 1 155 professionnels, dont 156 médecins et chercheurs. Il a été certifié en A par la Haute autorité de santé en octobre 2019 pour six ans, soit le niveau le plus élevé.