Claude Lelouch à Tourgéville: “le Coronavirus nous permet de redécouvrir les joies simples de la vie”

Claude Lelouch et l'équipe du film " les plus belles années d'une vie" en haut des marches au Festival de Cannes 2019
Claude Lelouch et l'équipe du film " les plus belles années d'une vie" en haut des marches au Festival de Cannes 2019

Le très actif Claude Lelouch est confiné à Tourgéville. Ces vacances forçées sont l'occasion pour le cinéaste de redécouvrir les joies simples de la vie et de travailler à son prochain film " L'amour, c'est mieux que la Vie" Discussion philosophique avec un Claude Lelouch, adepte du présent.

Par S.D

Faut-il encore présenter Claude Lelouch ? En 1966, son film "Un homme et une femme", Palme d'Or à Cannes, bouleversait la façon de filmer un couple. Toute sa filmographie est empreinte de cette recherche sur le couple et les rapports amoureux ( "un homme qui me plait", "le chat et la souris", "Edith et Marcel"...) Parfois ce sont des histoires de pôtes et d'aventure ( "L'aventure c'est l'aventure", "les Bons et les Méchants", "Salaud on t'aime..".) Tous ces films ont en commun un regard amoureux porté sur les rapports humains. 

"On était des enfants gâtés. Ce virus nous donne un coup de pied au cul"

Pour ses premières vacances forçées, Claude Lelouch se pose, réfléchit, travaille bien sûr,  mais surtout, il observe cet épisode du confinement et de la pandémie.

" Les rapports humains vont changer. Les choses que l'on n'appréciait plus, on va savoir à nouveau les déguster, d'une façon différente.."

Claude Lelouch se définit lui même comme un optimiste. De cette crise, il restera imprégné par une redécouverte du moment présent, des petites joies simples de la vie comme : boire une bière, regarder de vieilles photos. C'est une période propice à une redéfinition des priorités.

Le bonheur est gratuit, c'est le luxe qui coûte cher. Aujourdhui, c'est la grande crise du luxe et des gens prétentieux. On va revenir aux choses simples et ça me plaît bien.

Les réussites et les échecs, des hauts et des bas, l'amour des critiques et leur méchanceté, l'amour du public et son indifférence : le cinéaste Claude Lelouch a vécu toutes ces affres de la vie sans jamais s'y arrêter. 

La seule chose qui nous appartient, c'est le présent. La vie est formidable. Le passé nous nourrit mais le plus important, c'est le présent.

Le réalisateur Claude Lelouch ne peut pas ne pas avoir un travail en cours. En ce moment, il peaufine le film commencé avant le confinement dont le titre sera " L'amour, c'est mieux que la vie". Car l'amour reste la grande affaire de sa vie.

Claude Lelouch confiné à Villers

Son séjour en Inde en 2014 pour rencontrer la gourou Mata Amritanandamayi (dit Amma) l'a conforté dans cette voie.

Amma et moi, nous avons la même religion: l'Amour. 

Ses pensées vont à celle qui ne peut plus étreindre les foules qui se pressent vers elle, à tous ceux qui, venus pour recevoir son accolade, ne pourront pas l'approcher. En attendant,  de pouvoir exercer son travail, Claude Lelouch espère que l'humanité sortira grandie de cette crise du Cronavirus et que le cinéma dispensera encore longtemps du bonheur dans les salles obscures. Il rêve même d'un Grand Festival Mondial du Cinéma pour remplacer ceux qui n'auront pas eu lieu cette année. Quand on est optimiste, on se nourrit aussi de jolis rêves.

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Les + Lus