Jef Aérosol fige les visages de victimes sur un char du Mémorial de Falaise

L'artiste Jeff Aérosol utilise des pochoirs pour figer les visages de victime sur un char de la Seconde Guerre Mondiale.
L'artiste Jeff Aérosol utilise des pochoirs pour figer les visages de victime sur un char de la Seconde Guerre Mondiale.

Le char d'assaut Sherman se recouvre de visages. Le vestige historique devient oeuvre artistique grâce au savoir-faire de Jef Aérosol. Le 8 mai, l'artiste présentera son oeuvre au public du Mémorial des victimes civiles, à Falaise.

Par Raphaëlle Besançon

Depuis quelques jours, un char d'assaut rouillé du Mémorial de Falaise se parsème de visages peints. Des victimes réelles ou potentielles, jeunes ou moins jeunes, d'ici ou d'ailleurs, de guerres passées ou à venir, pour un même message : " Quelle connerie la guerre " comme le résume Jef Aérosol, en citant Jacques Prévert.

Jef Aérosol est un artiste pochoiriste originaire de Nantes. Mordu de street art, il a déjà peint sur les murs de nombreuses villes françaises (Paris, Tours, Lille, Lyon, Nantes, ...) mais aussi à l'étranger (New-York, Ljiubjana, Palerme, Dublin, ...).

À Caen, il est connu pour avoir peint un portrait géant de Nelson Mandela, exposé sur l'esplanade du Mémorial, en juin 2013. 
 
En 2014, pour le 70e anniversaire du Débarquement, deux de ses tableaux, Le Désespoir et La Joie, avait été affichés sur la façade du mémorial.
 

De l'histoire vers l'oeuvre artistique

Cette fois, l'artiste s'attaque à un char d'assaut Sherman sur la commande du Mémorial des victimes civiles, à Falaise.
Transformer un vestige de la guerre en oeuvre artistique est un pari risqué. L'initiative du Mémorial de Falaise suscite de vives critiques sur Facebook. "Désolé, mais je trouve ça nul. On ne touche pas à certains symboles", s'emporte Thierry, rejoint par de nombreux internautes, comme Samuel : "C'est un manque de respect".

Pour l'artiste comme pour le Mémorial, il s'agit surtout d'un "message universel de paix" hautement symbolique.
D'autres internautes l'ont bien compris : "Cela permet de ne pas oublier", "Une oeuvre magnifique", "c'est la fleur au fusil".

Résultat final à voir le 8 mai, jour de l'inauguration.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus