"La voix du Prix d'Amérique s'en va". Commentateur vedette des courses depuis 24 ans, Pierre-Emmanuel Goetz quitte Equidia

A quelques encablures du Prix d'Amérique 2024, Pierre-Emmanuel Goetz annonce son départ d'Equidia. Le commentateur vedette des courses hippiques explique les raisons du divorce avec une chaîne télé qu'il considère comme sa maison.

"C'est sûr, ça va me faire quelque chose de regarder la course à la télé". Pour la première fois depuis un près d'un quart de siècle, Pierre-Emmanuel Goetz ne commentera pas le Prix d'Amérique, dont la 102e édition se déroule ce dimanche 28 janvier.

Après 24 ans au micro des courses hippiques sur Equidia, le commentateur vedette de la chaîne a décidé de quitter le seul média qu'il a connu dans sa carrière. Arrivé sur la chaîne n°1 du monde équestre au début des années 2000, dans le sillon de son père Pierre, lui aussi commentateur, Pierre-Emmanuel Goetz s'est forgé une belle réputation auprès du public.

Des divergences d'opinions

Sur les réseaux sociaux, les messages de fans attristés se succèdent depuis mardi et l'officialisation de son départ. "C’est agréable, ça me fait comprendre que ce que je faisais pouvait plaire, réagit le Calvadosien. Ça me fait plaisir de me dire que j’aurais peut-être apporté quelque chose aux gens".

À 44 ans, le journaliste normand n'a pas été mis à la porte d'Equidia, il a décidé de partir "en bons termes", assure-t-il. 

Je respecte totalement les décisions prises par la chaîne, mais j'avais une philosophie différente. Il n'empêche, je pars en bons termes et souhaite le meilleur à la chaîne et à mon successeur.

Pierre-Emmanuel Goetz, journaliste hippique

En 24 ans, Pierre-Emmanuel Goetz a vécu de nombreuses périodes différentes à Equidia. "J’ai connu l’âge de gloire des courses au début des années 2000, avec un développement très important et la possibilité de faire énormément de programmes autour des courses". En plus du commentaire des courses, il occupait la fonction de rédacteur en chef adjoint, chargé des magazines et des documentaires.

L'envie d'une grande série documentaire sur le monde des courses

Cependant, il part tout de même avec un regret : celui de n'avoir pas réussi à convaincre les dirigeants de la chaîne de la nécessité de promouvoir davantage l'hippisme auprès des non-initiés.

Il faut que le monde des courses ait une grande série, comme ce que Netflix a pu faire avec la Formule 1. Pour que les courses redeviennent ce qu’elles étaient, il est nécessaire de trouver un moyen de les mettre en valeur sur les différents canaux à la mode.

Pierre-Emmanuel Goetz, journaliste hippique

S'il avance l'exemple de la Formule 1, c'est qu'il y a des similitudes entre les courses automobiles et celles de chevaux. "La F1 était en perte de vitesse avant la diffusion des docus sur Netflix. Aujourd'hui, le constat est que les courses hippiques ont perdu beaucoup de terrain dans les foyers français. On a un taux de pénétration extrêmement bas", analyse-t-il. 

Il regrette notamment le temps béni où Canal + dédiait une émission quotidienne au monde des courses, et déplore l'expatriation des retransmissions sur une chaîne de la TNT. "RMC découverte, c’est pas France Télé, TF1 ou Canal + ! Une diffusion une fois de temps en temps sur M6, c’est pas suffisant"

Un restaurant dans le Pays d'Auge, et des projets en tête

Pierre-Emmanuel Goetz en est persuadé, pour que les courses redeviennent ce qu’elles étaient, il est nécessaire de trouver un moyen de les proposer sur les différents canaux à la mode. "Les jeunes ont le cliché ‘les courses, c’est un peu ringard', c'est injuste". Pour inverser ça, il faudrait selon le commentateur "raconter les histoires, montrer le quotidien d'un monde qui n'est pas inaccessible, starifier à nouveau les acteurs". En résumé, fomenter "un programme facile à consommer, qui ferait vibrer".

Il y a trente ans, Yves Saint-Martin ou Jean-René Gougeon étaient très connus. Ourasie et Roquépine étaient des stars. Aujourd'hui, presque personne ne reconnaitrait Eric Raffin ou Jean-Michel Bazire dans la rue. Si on reste comme ça, j’ai peur qu’on dégringole encore. 

Pierre-Emmanuel Goetz, journaliste hippique

Dans les prochains mois, il ira peut-être, sans doute, proposer son projet de série documentaire à des sociétés de production. Mais avant de se mettre à table, Pierre-Emmanuel Goetz va passer derrière le comptoir. Sa femme vient de reprendre un restaurant à Lisieux, et il compte bien l'accompagner dans le lancement de cette nouvelle activité.

Et puis, dans le Pays d'Auge, on n'est jamais bien loin d'un hippodrome. En attendant d'y retourner pour travailler, Pierre-Emmanuel va pouvoir s'asseoir en tribune pour apprécier les prouesses de son frère Benjamin. Entraîneur et jockey basé à Pont-l'Evêque, il présente pour la première fois un cheval au Prix d'Amérique, Emeraudes de Bais. Que les fans se rassurent, il y aura bien un Goetz présent à Vincennes pour le plus grand rendez-vous de l'année. 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité