Les barrières de péage de l'A13 poussées vers la retraite : les premiers portiques de détection sont arrivés

La transformation de l’autoroute Paris-Normandie en péage en flux libre avance. Les portiques de détection sur le péage de Dozulé (Calvados) ont été installés pour une mise en service en décembre 2024.

Au péage de Dozulé sur l'A13, les portiques qui scanneront les plaques d'immatriculation sont installés. Les travaux ont été réalisés durant les nuits du 15 au 19 avril.

Pour l'instant, seules les structures ont été mises en place : "Ces portiques permettent de détecter le passage des véhicules, elles vont remplacer les barrières existantes jusque-là", explique François Cornier, directeur de la construction du groupe Sanef. Dans les prochaines semaines, ce sont les équipements qui seront installés : "Nous poserons les caméras ainsi que les détecteurs de badges", ajoute ce dernier.

Une mise en service en décembre 2024

Les bornes de péage le long de l'A13 et de l'A14 en région parisienne vont disparaître d'ici à la fin décembre 2024.

Elles seront remplacées par des portiques qui scanneront les plaques d'immatriculation. Ce vaste chantier a débuté le 9 mai 2023. 29 portiques seront installés au total pour remplacer les 14 péages. Leur mise en place se fera en deux étapes jusqu’en décembre 2024, date à laquelle l’ensemble du réseau devrait abandonner le système actuel.

  • Dans la nuit du 18 au 19 juin 2024 pour l'autoroute A14
  • Courant décembre 2024 pour l'A13

"Les usagers doivent noter que pour le moment rien ne change dans les péages concernés. Il faut continuer à prendre des tickets et payer aux bornes ou bien utiliser le télépéage", précise François Cornier.

Comment payer son péage ?

Mais attention, la disparition des péages ne veut pas dire que ces trajets ne seront plus payants. Il y aura plusieurs façons de payer pour emprunter la future autoroute "en flux libre".

La plus simple est d'adopter un badge de télépéage pour utiliser les voies dédiées où vous pourrez rouler à 130 km/h contre 30 ou 50 km/h aujourd'hui : "Nous allons en installer de plus en plus au fur et à mesure que le chantier avance", explique François Cornier.

Si vous n'avez pas de badge de télépéage, le portique va détecter votre plaque d'immatriculation. Des caméras fixées sur des portiques enjambant les voies, photographieront les véhicules. Deux options se présentent donc à vous : avant votre voyage, vous pouvez entrer votre numéro de plaque et vos coordonnées bancaires sur un site dédié et vous serez débités automatiquement.

Si vous n'avez pas eu le temps d'anticiper, vous avez jusqu'à 72h après votre passage pour aller sur le site et payer la note. Passé ce délai, vous devrez payer une amende de 90 euros. Quatrième option, des bornes physiques de paiements seront déployées, mais on ne sait pas encore où. La facture pourra aussi être payée dans les bars tabac.

Des trajets plus rapides ?

L'autoroute en "flux libre"permettra de gagner en fluidité avec moins de ralentissements tous les jours de l'année et moins de bouchons lors des départs en vacances. L'autorité des régulations des transports explique qu'en flux normal, le gain sera de 70 secondes de conduite par péage.

Par exemple, sur l'axe Paris-Caen, il y a cinq péages, ce nouveau dispositif fera donc gagner en moyenne 6 minutes par trajet : "On estime que sur les jours de grands départs, le projet, sur un trajet entre Paris et Caen, devrait permettre de supprimer quasi complètement les bouchons aux barrières de péages et donc de faire gagner jusqu’à 30 minutes de trajets aux clients de l’A13 et l’A14", selon François Cornier.

Les autorités estiment qu'il y aura également plus de sécurité. La planète y gagnerait aussi avec 9,5 millions de litres de carburants économisés chaque année.

Ce projet d'autoroute à flux libre doit coûter 120 millions d'euros, financés par le groupe Sanef, en partie grâce aux dernières hausses de coût du péage. L'A13, avec sa portion d'A14, deviendra ainsi entièrement sans arrêt : "En 2027, vous aurez donc une autoroute remise dans son axe avec la disparition de toutes les barrières".