Sidel : les salariés détachent les banderoles de grève

Nouvelle réunion de médiation à Sidel, ce jeudi 1er juin, dans le cadre du PSE (Plan de Sauvegarde de l'Entreprise). La direction et les représentants du personnel du site de Lisieux n'ayant pas trouvé d'accord, la fermeture de l'usine est en sursis. Les salariés espèrent désormais conserver leurs emplois.

Cela fait 3 semaines que la direction de Sidel et les représentants du personnel du site de Lisieux se sont engagés dans une procédure de médiation, après le rejet du précédent plan de sauvegarde de l'emploi par La DREETS (Directions régionales de l'économie, de l'emploi, du travail et des solidarités).

Mais ce jeudi 1er juin, les représentants du personnel ont rejeté les montants proposés par la direction dans un nouveau projet de dispositif de PSE. En l'absence d'accord, la direction garde l'usine ouverte.

Ils nous ont dit que si on ne trouvait pas d’accord, ils gardaient l’usine ouverte. Entre une négociation et garder nos emplois, on a choisi de garder nos emplois.

Valérie Cattenoz, représentante du personnel UNSA

Dans un communiqué, la direction a fait part de sa déception.

Elle estime avoir fait des efforts, notamment en proposant une indemnité "plancher" correspondant à un an de salaire aux personnes ayant peu d'ancienneté. 

La direction a proposé aujourd’hui, un projet de dispositif de PSE avec des montants, très largement supérieurs aux montants du plan refusé par la DREETS. Ils permettaient d’inscrire le plan proposé par Sidel parmi les dispositifs les plus élevés en France.

Aude Tourres, porte-parole de la direction

La direction assure également avoir proposé des conditions de protection supplémentaires pour les personnes de plus de 50 ans, les personnes en situation de handicap, les parents célibataires ou isolés.

Mais pour Valérie Cattenoz, représentante du personnel, il y avait une grosse injustice entre les gros et les petits salaires. Elle estime que 46 salariés sur 109 étaient lésés. 

La médiation prendra fin la semaine prochaine après une ultime réunion vendredi prochain qui définira les conditions de travail dans le cadre d’un retour à une activité normale des salariés sur le site.

Il faut qu'on remotive les gens

Selon Valérie Cattenoz, les salariés ont été très impactés par ce conflit. Ils n'ont jamais arrêté de travailler, sauf au moment de la grève. 

Depuis 8 mois, les départs en retraite ne sont pas remplacés et les salariés sont en sous-effectif.

Selon la représentante du personnel, il est urgent de relancer l'activité et de rapatrier les machines déjà envoyées à Dijon, lieu initialement prévu pour une délocalisation.

La direction de Sidel, quant à elle, attend toujours l’issue du recours qu’elle a déposé, contestant la décision de la DREETS. Le plan social pourrait alors être remis sur la table.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité