Naufrage du bateau des migrants à Port-en-Bessin : 6 mises en examen

En décembre 2020, une embarcation de petite taille avait chaviré dans le port de Port-en-Bessin-Huppain (14). A son bord douze passagers dont un bébé. Des migrants irakiens, tous récupérés sains et saufs. Une enquête avait été ouverte. Six personnes ont été mises en examen.

En décembre 2020, douze migrants avaient chaviré sur ce petit bateau à Port-en-Bessin-Huppain.
En décembre 2020, douze migrants avaient chaviré sur ce petit bateau à Port-en-Bessin-Huppain. © SNSM Port-en-Bessin

Dans la nuit et dans le froid, en décembre 2020, une embarcation a chaviré au moment de sa mise à l'eau. Ce bateau de 5,70 mètres seulement a été repéré au niveau de la cale de mise à l’eau de Port-en-Bessin-Huppain (Calvados). A son bord, douze passagers, soit neuf hommes et trois femmes. Il s'agit de réfugiés, ressortissants irakiens, qui souhaitent rejoindre les côtes anglaises.

L'embarcation n'est pas adaptée pour transporter autant de passagers, la météo n'est pas favorable et le matériel de sécurité à disposition est dérisoire. Dans la nuit, des équipes de sauvetages sont mobilisées pour porter secours aux douze personnes, dont un très jeune enfant. Tous sont récupérés sains et saufs. Une enquête est alors ouverte.

6 mises en examen

"Les investigations ont été conduites sur commission rogatoire du juge d’instruction par un groupe d’enquête spécialement constitué. Celui-ci est composé d’enquêteurs de la police aux frontières (police nationale), de la section de recherches de Caen, de la brigade des recherches de Bayeux et de la brigade de proximité de Creuilly (gendarmerie)", indique le tribunal judiciaire de Caen dans un communiqué. Huit personnes ont été interpellées dans la matinée du 1er juin, à Lorient et Lanester (Morbihan) et à Lille (Nord).

Parmi elles, six ont été déférées et mises en examen, et deux d’entre elles placées en détention provisoire. Les personnes déférées sont âgées de 35 à 29 ans, à l’exception d’une personne âgée de 65 ans. 

Les chefs de mise en examen sont les suivants : aide à l’entrée et au séjour irrégulier en bande organisée, mise en danger d’autrui, usage de faux documents administratifs.

La procureure de la République précise que "les investigations, initiées sur la base des éléments de police scientifique et technique recueillis à Port-en-Bessin se sont activement poursuivies depuis lors, nécessitant un investissement important de l’équipe spéciale constituée pour ce dossier, avec un résultat particulièrement satisfaisant". L’instruction se poursuit.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration justice