La région Normandie mise sur les Saumons d'Isigny

Depuis 2 ans, la Normandie met les bouchées double pour devenir la première région maritime française. Chaque année, 10 millions d'euros sont investis dans des entreprises de la pêche et de l'aquaculture, comme l'élevage des Saumons d'Isigny. Un total de 21 millions d'euros à deux tiers du parcours.

Par Anaïs Lebranchu

Au bord de la Baie des Veys, située entre le Bessin et le Cotentin, Frédéric Biderre a reçu le président du Conseil Régional de Normandie, Hervé Morin. Comme plus de 250 entreprises de la région, il a bénéficié d'un apport financier considérable pour l'aider à développer son entreprise : un élevage de saumons... les fameux Saumons d'Isigny. 

800 000 euros pour les Saumons d'Isigny

Les quelques 800 000 euros de fonds régionaux et européens devraient lui permettre d'investir dans quatre nouveaux bassins, une nouvelle unité de filtration et un réseau d'approvisionnement en eau. Depuis sa création en 2006, le fondateur et directeur de l'élevage a considérablement appuyé sa place de deuxième site de production de saumons aux côtés de celui de Cherbourg. 
 

A une différence près : ses poissons ne nagent pas dans des filets directement situés dans les fonds marins. Ils se musclent en remontant un courant artificiel recréé dans des bassins. Un mode d'élevage qualifié "d'innovant" par Frédéric Biderre, qui se félicite d'être le seul à l'utiliser dans le pays. Surement la raison pour laquelle de nombreux aspects techniques ne nous ont pas été dévoilés au cours de la visite de la ferme en présence d'Hervé Morin.

Un trésor pour la région

Difficile de connaître les critères précis sur lesquels se base le Conseil Régional pour attribuer son aide financière. Pour les Saumons d'Isigny, il est possible d'imaginer que c'est l'exigence de l'entreprise sur de nombreux aspects de la production qui a pesé dans la balance. Pas d'intrant chimique, de l'eau filtrée naturellement, une alimentation à base d'huile de poisson certifiée durable... une ferme a faible impact environnemental.

L'entreprise fait partie des grands fleurons de la région et de la France

Hervé Morin se réjouit de cet investissement : "On a là un trésor qui a la chance d'être totalement associé à une région dont le nom est un bel imaginaire en matière de gastronomie, de qualité des produits : il faut qu'on joue cette carte à fond !". Jouer la carte de la bonne gastronomie... avec un élevage normand qui devrait produire 150 tonnes de saumons d'ici à 2020. Reste à savoir s'il sera possible d'allier développement économique et écologie.

A lire aussi

Sur le même sujet

Nous étions des étrangers (52min) : un documentaire de Fabrice Tempo et Frédéric Conti

Les + Lus