Une sénatrice du Calvados demande à l'Etat ce qu'il compte faire pour éradiquer le frelon asiatique trop envahissant

© Collection Watier/Maxppp
© Collection Watier/Maxppp

Le phénomène ne date pas d'hier, on le sait tous. Mais les mesures pour lutter contre le frelon asiatique sont-elles suffisantes ? On a vu que l'été 2018 a été particulièrement meurtrier. Pourquoi n'y a t-il pas une coordination des moyens et une équité ? La sénatrice pose la question. 

Par Alexandra Huctin

C'est une une question posée au gouvernement en séance du Sénat, vendredi dernier, le 30 novembre 2018, qui aurait pû passer inaperçue ( comme beaucoup d'autres) en pleine actualité gilets-jaunes. Mais le sujet est trop grave pour l'homme et la survie de certaines espèces, comme les abeilles, pour qu'elle reste dans les cartons. 

L'été 2018 des milliers de nids de frelons asiatiques ont été détruits dans le Calvados, la Manche, l'Orne, l'eure et la Seine-Maritime.
tout le monde a constaté leur prolifération évidente. 
Une personne est morte cet été, après multiple piqûres dans la Manche, deux autres dans le Calvados.
 
 

Que compte faire l'Etat après l'été 2018? doit-on continuer à faire comme si... de rien n'était ?


Les mots de la sénatrice PS Corine Feret sont pesés et vont droit au but : "L’Etat doit prendre la mesure de la prolifération en cours. Le frelon asiatique est une espèce invasive qui mérite aujourd’hui d'être classée en danger sanitaire de première catégorie, classement devant être assorti d’une véritable politique de lutte nationale et de moyens financiers."

En effet, beaucoup de particuliers au cours de l'été 2018, se sont retrouvés nez à nez, chez eux , dans le garage, ou dans leur jardin avec un nid de frelon asiatique. Et trop se sont aperçus qu'il n' y a pas grand choses à espérer pour une aide financière. Mieux, il y a une inéquité totale selon le département ou la commune habitée.

Notre enquête auprès de chaque préfecture l'avait bien révélée, en octobre dernier :


En conséquence, demande à l'Etat s'il compte "classer le frelon asiatique dans la liste des dangers sanitaires de première catégorie".

Plus globalement, elle souhaiterait connaître les intentions du Gouvernement et notamment savoir si une stratégie nationale, avec un programme de lutte obligatoire contre les frelons asiatiques, sera mise en œuvre pour accompagner les Collectivités et les particuliers.


 

Sur le même sujet

Les + Lus