Dans les campagnes normandes, les habitants se mobilisent pour sauver leurs boulangeries

Mobilisation ce dimanche à la Chapelle-en-Juger dans la Manche pour rouvrir la boulangerie du village
Mobilisation ce dimanche à la Chapelle-en-Juger dans la Manche pour rouvrir la boulangerie du village

Ce dimanche 22 septembre, 80 personnes se sont rassemblées devant la boulangerie de la Chapelle-en-Juger, fermée depuis deux ans, pour réclamer sa réouverture. Dans le Calvados, un flash mob a été organisé à Landelles-et-Coupigny, sans boulanger depuis un an.

Par CM et EC

"La boulangerie c'est le réseau social de la commune, un lieu de vie. Il y a les cancans, les petites histoires drôles, il pleut, il ne pleut pas, on n'a pas besoin d'aller sur google pour savoir ça, il faut aller à la boulangerie", déclare Nicolas Bourdier, un habitant de la Chapelle-en-Juger. Et la boulangerie, c'est aussi du pain. Mais depuis deux ans, les habitants de cette petite commune de la Manche sont obligés de prendre leur voiture pour aller chercher leur baguette à une dizaine de kilomètres. "Ça fait un peu cher la baguette : 2 euros 40 avec les frais kilométriques."

Dans les campagnes, où les services publics tendent à se faire de plus en plus rares, tout comme les médecins, la fermeture de la boulangerie, considérée comme le commerce de base, le minimum vital, est vécue comme un drame. Dans la Manche, une boulangerie sur dix tombe le rideau chaque année.

A la Chapelle-en-Juger, au bout de deux ans sans boulanger, des habitants ont décidé de se mobiliser et ont lancé un appel à un rassemblement sur les réseaux sociaux. 80 personnes ont répondu à cet appel ce dimanche 22 septembre dans ce village de 700 âmes. Leur revendication : la réouverture du magasin. "Ils sont tellement sympas ces petits villages là et malheureusement ils sont en train de partir en décrépitude parce que plus personne s'en occupe", juge un des habitants.

"On fait tout ce qu'on peut"

Ce discours excède quelque peu Nelly Villdieu. La maire de la commune affirme se démener pour trouver un repreneur et indique que depuis le début de l'année, elle a reçu huit commerçants intéressés pour investir ces locaux toujours opérationnels. "On fait tout ce qu'on peut mais ça ne se voit pas au quotidien. J'ai mis des annonces partout. J'ai remis des annonces depuis un mois et j'ai au moins 10 ou 12 contacts. C'est positif mais après faut que ça se concrétise", se défend l'élue.
 
Dans les campagnes normandes, les habitants se mobilisent pour leurs boulangeries

Dans le Calvados aussi on se mobilise pour sauver les boulangeries. Ce samedi 21 septembre, les élus et les habitants Landelles-et-Coupigny sont descendus ensemble dans la rue pour danser et chanter, un flash mob préparé en amont et relayé sur les réseaux sociaux pour attirer l'attention des médias et d'éventuels repreneurs pour la boulangerie de ce village de 900 âmes, fermée depuis un an. 
 
Flash mob à Landelles-et-Coupigny pour sauver la boulangerie

 

Sur le même sujet

Les + Lus