• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Pour ou contre la lunch-box à l'école et la fin de la cantine scolaire ?

© maxppp
© maxppp

Certains la voit comme la dernière "lubie" des parents, d'autres comme une solution moderne et adaptée. Que faut-il penser de cette "boîte-déjeuner" ou lunch box préparée à la maison ? Plusieurs écoles privées de Normandie proposent déjà aux parents cette alternative à la cantine.

Par Alexandra Huctin

C'est une tendance en plein développement. D'ailleurs pour la désigner on emploie bien l'anglicisme qui appuie le côté "branché" : la lunch-box.
Et pourtant, à bien y réfléchir, on n'a rien inventé dans ce concept. Ce n'est rien d'autre que la gamelle du midi qu'emportaient chaque matin, avec eux, les enfants de l'après-guerre pour leur déjeuner sur le pouce à l'école.  

Depuis on a créé les cantines, devenues des "restaurants scolaires".  Puis on y a introduit des diététiciennes et conçu de véritables planifications des menus pour une alimentation variée et équilibrée. 

Mais, la mode aujourd'hui c'est un certain retour en arrière, le chacun pour soi des lunch box. Et c'est aujourd'hui moderne et branché de glisser, chaque matin, la boîte dans le sac d'école. 


"C'est la dernière lubie des parents opposés à la cantine scolaire", titrait le Figaro Madame le 26 septembre 2018 


Les professionnels (psychologues et diététiciens) sont plutôt sceptiques. 
La psychologue pour enfants Florence Millot, citée dans Figaro Madame pointe "le risque d’établir une rupture d’égalité entre les élèves, entre ceux dont les parents auront le temps et les moyens de préparer tous les soirs la lunch box de leurs enfants et les autres, qui risquent d’avaler des sandwichs triangles tous les midis."

La diététicienne Anne-Laure Meunier confirme, dans le même article qu' «il est difficile de reproduire l'équilibre de la cantine à la maison, en prenant compte qui plus est du prix des ingrédients et de la maîtrise des saisons». Pour les écoles, un organisme spécialisés dans la restauration collective gère toutes ces questions. 


En Normandie des écoles privés proposent aux parents ces lunch box

Il est en effet impossible d'apporter son propre déjeuner à l'école publique, sauf autorisation exceptionnelle pour régime alimentaire exceptionnel, accordée sur dérogation.

Le collège Notre-Dame d'Alençon, dans l'Orne, compte déjà 70 % des parents convertis à la lunch box

Dans le privé également, l'école Saint-Jean-Baptiste de la Salle à Lisieux a réorganisé son service de cantine pour laisser entrer la lunch box. Chaque matin, les enfants qui le souhaitent déposent leur sac isotherme dans un casier spécial.

 
La lunch box c'est pas gratuit


Cette lunch box, en inox,  est fournie par l'école contre la somme de 20 euros et c'est la même pour tous dans cette école de Lisieux où 121 élèves sur 385 ont choisi cette formule. La gestion de ces "gamelles maison" est quand même facturée 2 euros par repas, contre 5,90 euros le ticket de cantine.


VIDEO<<<< Reportage FRANCE3 NORMANDIE dans cette école privée de Lisieux qui autorise la lunch box : 
La lunch box entre à l'école (privée)


Mais qu'observe t-on dans les assiettes servies en lunch-box ?

La réalité quotidienne est bien différente des idéaux. On y voit des raviolis en boîte, de la purée en flocon, des pâtes... Nous sommes très loin des images venues d'Allemagne et d'ailleurs qui vantent les mérites de la lunch box équilibrée, voire, bio comme sur les photos ci-dessous:

 

Lunch box idéal


Une maman qui a quitté la France pour les Etats-Unis où la lunch box est presque de rigueur raconte très bien dans son blog "les aventures de la famille bourg", sa difficulté de la préparer chaque jour.
Mais aux Etats-Unis, explique t-elle, manger à la cantine n'a rien de comparable avec la France. 

Les plus critiques se rappelleront aussi que le célèbre réalisateur américain Michael Moore était venu en Normandie pour son  documentaire critique sur la façon de manger à la cantine aux Etats-Unis et qu'il avait parlé d'une restauration collectivefrançaise à 3 ou 4 étoiles !


Alors faut-il sacrifier les cantines scolaires pour les lunch box ?


La directrice du collège Notre Dame à Alençon, défend malgré tout sa cantine.

Et elle déclare à nos confrères du FigaroMadame qu'elle préfère conserver ce service car elle serait bien dans la difficulté de proposer un repas à un enfant qui, pour une raison ou une autre, arriverait un matin sans sa lunch box dans le sac, si sa cantine devait définitivement fermer. 

Sur le même sujet

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus