Coronavirus : le D-Day festival et le tourisme de mémoire menacés

Pour fêter le 76e anniversaire du Débarquement de Normandie, une centaine de manifestations était prévue du 30 mai au 14 juin 2020 dans la Manche et le Calvados. Plusieurs d’entre elles sont reportées ou annulées. Dans ces départements, l’économie du tourisme de mémoire sera affectée.

La tenue des manifestations de la 14e édition du D-Day festival Normandy est menacée. (Photo d'archive, juin 2019.)
La tenue des manifestations de la 14e édition du D-Day festival Normandy est menacée. (Photo d'archive, juin 2019.) © P. Comte / France Télévisions
Parachutages, défilés de véhicules historiques, bals populaires… Pour célébrer le Débarquement de Normandie, les sept offices de tourisme du Calvados et de la Manche organisent chaque année des événements festifs. Mais ces manifestations du D-Day festival Normandy, prévues du 30 mai au 14 juin 2020, sont perturbées. En raison de la crise sanitaire liée à l'épidemie de coronavirus, elles pourraient ne pas (toutes) avoir lieu.
  

Des animations « en sursis »

« Cette année, la fête n’aura pas sa saveur habituelle », regrette Didier Llorca, directeur de l’office de tourisme de Bayeux intercom. Des animations sont d’ores et déjà reportées ou annulées. Le programme du D-Day festival, accessible uniquement en ligne, est régulièrement actualisé.

« On sait que les manifestations sont en sursis », lance Didier Llorca. Il tient à afficher la programmation, même si elle est bouleversée. La raison ? Rester solidaires avec les organisateurs des événements et « ne pas balayer le travail de tout un hiver ». Le directeur de l’office de tourisme de Bayeux intercom veut aussi tenir informé le public et lui montrer à quoi ressemble une édition du D-Day festival.

Des risques sanitaires, un manque de temps, de moyens logistiques ou de budget : les raisons des annulations ou des reports sont multiples. « La question des finances se pose autant que la question sanitaire », constate Didier Llorca. Il ajoute : « les collectivités vont certainement chercher à faire des économies ».
   

L’économie du tourisme de mémoire bouleversée

Les mois de mars et d'avril correspondent au début de la saison touristique. Au printemps, les sites historiques et les plages du Débarquement sont habituellement fréquentés par des milliers d'étrangers.

Arromanches (14), qui abrite le port artificiel dans l’ancien secteur britannique, accueille généralement 1 million de visiteurs par an. La commune est vidée de ses touristes. « On est dans une situation absolument étonnante », relève Marcel Bastide, Premier adjoint au maire d'Arromanches. Le musée du Débarquement est fermé, les rues et les plages sont actuellement désertes. Il ajoute : « on a l’impression de revenir en janvier. Ici c’est au mois de janvier où la totalité des commerces, ou presque, est fermée ».
 

« Cela va être un sport de très haut niveau de produire le budget 2020 », Marcel Bastide, Premier adjoint au maire d'Arromanches


A Arromanches, les manifestations festives du D-Day festival et les commémorations militaires sont déjà toutes annulées. 70 à 80 % des recettes du budget de la commune repose sur le tourisme. « Cela va être un sport de très haut niveau de produire le budget 2020 », s’inquiète l’élu.

Le directeur de l'officie de tourisme de Bayeux intercom, Didier Llorca conclut sagement : « on pense au business du tourisme, mais ce n’est pas la priorité. Le sujet principal c’est la santé ».

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie coronavirus santé société les commémorations du dday culture histoire débarquement dday
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter