Coronavirus : faut-il s'inquiéter pour l'eau potable en Normandie ?

Chaque année en Normandie, plus de 20 000 prélèvements d’eau sont réalisées en application du programme de contrôle sanitaire. / © PHOTOPQR/MAXPPP
Chaque année en Normandie, plus de 20 000 prélèvements d’eau sont réalisées en application du programme de contrôle sanitaire. / © PHOTOPQR/MAXPPP

Alors que des microtraces ont été découvertes dans le réseau non potable de Paris dimanche 19 avril, faut-il craindre un scénario similaire en Normandie ? On fait le point.

Par Amandine Pointel

Le coronavirus pourrait-il contaminer l'eau ? Les Parisiens confinés ont eu une frayeur dimanche 19 avril en apprenant que des microtraces de Covid-19 avaient été découvertes dans les réseaux d'eaux non potables de la capitale. Une information qui inquiète la population. 

"Des traces infimes"

Rappelons que ces "traces infimes" ont été retrouvées dans de l'eau non potable. C'est-à-dire de l'eau qui ne sort pas du robinet mais qui est utilisée pour nettoyer les rues ou arroser les jardins de la capitale. 

Le réseau d'eau non potable provient de la Seine et du Canal de l'Ourcq. Cette eau n'est pas traitée de la même façon que l'eau potable, qui elle, est généralement prélevée dans les sols. Cette eau non potable "fait l'objet d'une filtration grossière permettant d'y enlever les débris et particules supérieurs à 4 mm", indique la mairie sur son site. 

"Il n'y a pas de traitement antibactérien dans ces eaux", précise Nicolas Veissier, directeur des régies d'eau potable et d'assainissement de la Métropole Rouen Normandie. "Ce n'est pas la même source, pas le même réseau, pas le même traitement que l'eau potable."

Mais comment ces microtraces ont-elles pu se retrouver dans l'eau ? "Il suffit que quelqu'un de malade soit allé aux toilettes. Ca rentre ensuite dans le réseau d'assainissement puis dans la station d'épuration qui traite principalement des molécules simples, et qui n'a pas de système bactéricide ou virucide", poursuit Nicolas Veissier. "Il n'y a pas de risque que ses traces se multiplient."
 

"Pas de risque en Normandie"

A Rouen et sur la métropole, pas de risque que ce même scénario se produise, puisqu'il n'y a tout simplement pas de réseau d'eau non potable, nous précise le directeur des régies d'eau potable et d'assainissement de la Métropole Rouen Normandie. "C'est une question de budget, cela ferait un double réseau et même le traitement d'eau non potable a un coût de production."

Même discours du côté de l'ARS Normandie, qui, contactée par téléphone, nous confirme qu'il n'y a aucun risque sur le territoire normand :

On a des procédés physiques de filtration et également des procédés de désinfection, notamment la chloration ou l'ozonation qui permet d'éliminer virus et bactéries. 
Catherine Boutet, responsable du service santé et environnement à l'ARS Normandie

Pas de risques de contamination dans l'eau potable en Normandie. / © BELPRESS/MAXPPP
Pas de risques de contamination dans l'eau potable en Normandie. / © BELPRESS/MAXPPP


Comment est protégée l'eau potable en Normandie ?

Selon la Métropole Rouen Normandie, le traitement de l'eau potable n'a pas changé depuis le début de la pandémie. L'objectif est toujours le même : un traitement d'eau potable enlève des matières visibles dans l'eau par filtration ou par d'autres technologies. "Ensuite, l'ensemble de tout ce qui est bactéries est tuée soit par ozonation, soit par chloration." explique Nicolas Veissier.

Tout ce qui est bactérien est tué soit par ozonation, soit par chloration. 
Nicolas Veissier, directeur des régies d'eau potable et d'assainissement de la Métropole Rouen Normandie

"L'eau brute est prélevée, généralement dans le sol, remontée par une pompe qui va vers une usine de traitement dans laquelle il y a des filtrations des grosses molécules, puis des filtrations des molécules plus petites, puis un traitement final soit par ozonation, et/ou chloration, c'est-à-dire de l'injection de javel (de la chlorodyne de sodium plus précisément.)"
 

Même constat du côté de l'ARS Normandie :

Il y a une double surveillance, mais celle-ci est déjà mise en oeuvre habituellement  On le fait déjà en temps normal.
Catherine Boutet, responsable du service santé et environnement à l'ARS Normandie

"Il y a une surveillance qui est exercée par les exploitants et le contrôle sanitaire exercé par l'ARS. C'est un contrôle régulier, tout au long de l'année", ajoute Catherine Boutet. 
 

L’eau du robinet est l’un des aliments les plus contrôlés en France

Chaque année en Normandie, plus de 20 000 prélèvements d’eau sont réalisées en application du programme de contrôle sanitaire. 1 million d'analyses est réalisé par des laboratoires agréés par le ministère de la santé.

Il est possible de consulter en ligne les données des derniers résultats d'analyses sur votre commune.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus