Covid-19 et vaccins: " ça peut demander 3 à 4 ans pour en sortir"

La virologue caennaise Astrid Vabret  fait des recherches sur les effets des coronavirus sur l'humain depuis 20 ans. Elle estime à plusieurs années la coexistence pacifique entre l'humain et le covid et prône la vaccination. 

© J.F Frey/ MaxPPP

Cela fait plus d'un an que le Covid-19 s'est invité dans notre quotidien. Ce virus a déja muté. Est-ce qu'il va y avoir encore d'autres variants? 

Oui,  il va y avoir d'autres variants , il y a toujours des variants, les virus ce n'est pas une population très stable , il est donc  important de les surveiller parce que parmi ces variants,  il en existe qui ont un impact sur la biologie du virus , sur sa transmissibilité sur le caractère grave de la maladie qu'il provoque. Le virus  bouge et en fait,  il s'adapte toujours à son environnement et c'est la forme la plus adaptée,  celle qui se multiplie le plus qui va dominer.   On trouvait jusqu'en novembre-décembre que le virus était un peu plan-plan, il y avait quand même une mutation la D614 G qui était apparue assez tôt dans la pandémie,  elle est devenue dominante sur la planète et puis il y a eu ces variants qui sont apparus. Il  faut deux choses pour que les variants arrivent,  il faut que le virus se multiplie beaucoup, ça arrive en général dans des endroits où il y a peu d'application des mesures barrières ou de distanciation. Et puis,  il faut qu'il y ait une pression sur le virus qui peut-être une pression d'immunité collective, c'est-à dire plus il y a de gens qui ont rencontré le covid . Le virus se trouve alors contraint.  Il  va y avoir l'immunité vaccinale donc clairement, le virus va chercher des endroits où passer. Tout ces variants ne sont pas résistants aux mesures barrières,  ça c'est très important donc tant que l'on applique les mesures barrières et bien on ne va pas les favoriser. Mais ils vont arriver , ils vont devenir dominants mais tout ça va se faire en douceur. 

Quand tout le monde, quand beaucoup de gens seront vaccinés,  on va commencer à surveiller les gens qui vont faire un Covid alors qu'ils ont été vaccinés parce qu'actuellement,  on ne sait pas trop encore combien de temps,  on va avoir une immunité qui va nous protéger.

On a quatre autres coronavirus qui circulent,  ils sont arrivés un jour dans la population humaine.  Le premier à peu près au XIIIe siècle,  celui qui nous préoccupe actuellement et ceux  qui circulent régulièrement. Quand ils sont arrivés dans la population humaine, on n'a pas mesuré l'impact parce qu'évidemment, on ne connaissait pas les virus. Ils circulent tous les hivers, sont peu sévères,  donc on a quand même une immunité qui n'est pas complètement protectrice mais quand même partielle.  On  s'est adapté en fait . Actuellement, pareillement, on a la population du virus et la population humaine et on va coévoluer de façon "pacifiste" normalement. 

Combien de temps allons-nous coexister avec ce vaccin avant de nous en affranchir?

On va être beaucoup aidé par le vaccin mais ça peut demander 3 à 4 ans.  Vous voyez qu'on arrête le virus par des confinements...  d'accord ,  quand on confine le virus s'arrête mais quand on déconfine,  le virus recircule. La période d'adaptation entre deux va prendre un peu plus de temps. 

Astrid Vabret, cheffe du service de virologie au CHU de Caen, a été nommée à la liste des bénéficiaires de la Légion d'honneur, le 1er janvier 2021.
Astrid Vabret, cheffe du service de virologie au CHU de Caen, a été nommée à la liste des bénéficiaires de la Légion d'honneur, le 1er janvier 2021. © France 3 Normandie

Les vaccins sont-ils efficaces sur toutes les formes du Covid-19? 

Le souci de cette question,  c'est que la réponse peut changer assez rapidement.  Il est important de surveiller les variants. Il faut noter qu'il y a eu un effort vaccinal considérable avec une alliance privé-public inédite et la possibilité pour les industriels des vaccins de se lancer dans des productions, sans prendre de risque. Puisqu'il y a eu de l'injection d'argent public, surtout des Etats-Unis d'ailleurs, et du coup on a différents types de vaccins. On a des vaccins avec ARN Messager ( Pfizer, Moderna) qui sont des vaccins qu'on connaissait déjà mais dont aucun n'était arrivé à maturation pour une utilisation massive.  Ces vaccins sont ainsi assez facilement adaptables à un mutant. Ca c'est un progrès majeur, considérable : c'est de la bonne nouvelle. 
A côté de ça,  on a d'autres vaccins comme par exemple des adénovirus recombinants ( AstraZeneca, JandJohnson, Spoutnik) qui sont des technologies qu'on connaît déjà, ils peuvent aussi être assez rapidement adaptés et puis on va voir des vaccins un peu plus classiques,  de la protéine active ( vaccin chinois) qui vont être un peu plus longs.  Donc il n'est pas dit que l'on sera pas obligé de se revacciner avec des vaccins un petit peu plus adaptés, comme on fait pour les vaccins contre la grippe . C'est l'avenir qui va nous le dire . On peut  anticiper  mais on peut pas savoir exactement ce qui va se passer. Mais on est quand même bien armés.  Et ça c'est un progrès majeur pour tous,  ça va être aussi un progrès majeur pour les autres virus et autres bactéries et pour les vaccins anticancer. 

Que dire des vaccins ARN Messager? 

C'est une énorme avancée scientifique qui ouvre de grandes perspectives par la suite dans la lutte contre les cancers. Il s'agit de faire fabriquer à l'organisme une protéine du virus et de la faire vacciner par nous. On met un petit bout du matériel génétique du virus dans nos cellules, dans le cytoplasme, donc dans la cellule où est le noyau, où il y a notre matériel génétique mais il n'y a pas de contact. Il utilise notre matériel cellulaire pour fabriquer la protéine qui va se présenter à la surface de nos cellules. Notre système immunitaire va savoir que c'est étranger et va combattre en fabriquant des cellules qui nous font fabriquer des anticorps et des cellules mémoires, une immunité cellulaire se met en place.
C'est un vaccin très élégant et efficace. il inquiète car quand on parle de thérapie génique, de génétique, c'est une zone riche en fantasme parce que ça se passe à l'intérieur de nos cellules. Mais ces ARN ne persistent pas dans nos cellules, c'est une arme précise, vraiment très élegante et qui s'autodétruit...comme un bon thriller. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société chu de caen