Le Crous de Caen ne baisse pas les bras

Les employés du Crous du Caen ont pris la parole ce matin pour exprimer leur indignation face à la décision du Premier ministre. / © F3Normandie / Émilien David
Les employés du Crous du Caen ont pris la parole ce matin pour exprimer leur indignation face à la décision du Premier ministre. / © F3Normandie / Émilien David

Une semaine après l’annonce de l’installation du Crous Normandie à Rouen, la stupeur des employés du Crous de Caen est toujours présente. Aujourd’hui, ils exprimaient leur colère et indignation.

Par F3Normandie

Rappel des faits:


Il y a un mois encore, Frédérique Vidal, la Ministre de l'Enseignement Supérieur, avait annoncé l'installation du Crous Normandie à Caen en raison de l'équilibre des territoires après la fusion de la Haute et de la Basse Normandie en janvier dernier.

Coup de théâtre, mardi 12 décembre, les salariés du Crous apprennent que le Premier Ministre en a décidé autrement. Le siège ouvrira finalement ses portes à Rouen.


La mobilisation se met en place...


Ce mercredi 20 novembre, une cinquantaine d’employés du Crous Caen ont répondu à un appel intersyndical. Ils ont cessé le travail quelques minutes et pris la parole pour exprimer leur indignation face à ce « fait du prince ». Ils ont également envoyé une lettre au Premier ministre, Edouard Philippe, expliquant comment cette décision met en péril le travail effectué depuis l’annonce de la fusion des Crous Normand.

Claire Gervais, représentante du personnel FSU du Crous de Caen, explique la colère des employés du Crous:


Déjà ce lundi, plusieurs parlementaires ont cosigné avec le président de l’Université de Caen, Pierre Denise, et le maire de la ville, Joël Bruneau, une lettre adressée au Premier ministre. Ils lui demandent de respecter la parole de l’Etat et de confirmer l’implantation du siège Crous Normandie à Caen. D’autres mobilisations sont à prévoir…

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Caen: Deux jours après la rentrée, le lycée Malherbe déjà bloqué

Les + Lus