Agression du maire de Bazincourt-sur-Epte : 7 mois de prison pour son agresseur

Publié le

L'agresseur du maire de Bazincourt-Sur-Epte a été jugé en comparution immédiate vendredi 1er juillet au tribunal judiciaire d'Evreux (Eure). Il écope d'une peine de 11 mois de prison, dont 7 mois ferme. Il avait volontairement percuté le maire et des riverains mardi 28 juin 2022 alors qu'il circulait en 4x4.

Sept mois ferme pour l'agresseur du maire de Bazincourt-sur-Epte, dans l'Eure. Le jeune homme a été jugé en comparution immédiate vendredi 1er juillet au tribunal judiciaire d'Evreux (Eure) pour avoir volontairement percuté le maire et des riverains mardi 28 juin 2022 alors qu'il circulait en 4x4. Il écope d'une peine de 11 mois de prison, dont 7 mois ferme. Un aménagement de peine lui permet de bénéficier d'un bracelet électronique pendant 4 mois. 

L’agression a débuté devant la maison située à côté de celle du maire, alors que se trouvaient à l'extérieur une femme, Sephora, avec son mari, son frère, sa mère et ses enfants. Un 4X4 passe à vive à allure. Le mari de Sephora lui crie de rouler moins vite car la rue est en zone 30. Le conducteur descend de sa voiture. Et roue de coup toute la famille.

"Il me donne deux coups de poing en plein dans l'oreille. Conséquences : j'ai le tympan explosé et le derrière tout déchiré", nous explique la mère de famille. 

L'agresseur de 22 ans remonte alors dans son véhicule. Alerté par les cris, le maire de Bazincourt-sur-Epte sort de chez lui et tente de s’interposer. "Le conducteur semble s'arrêter. Il met 2-3 petits coups de gaz, il vient contre moi, et là il remet un gros coup de gaz", poursuit le maire Hervé Glezgo.

Il me percute, je tombe en arrière, mon crâne touche le bitume... et là je me dis que je suis mort.

Hervé Glezgo, maire de Bazincourt-sur-Epte 

"J'entends ma femme qui hurle, qui semble bousculée. J'ai le temps de tourner la tête et je vois qu'il lui met deux violents coups de poing au visage."

Agression du maire de Bazincourt-sur-Epte : "Je ne suis pas passé loin de la mort" ©France Télévisions

"Je ne suis pas passé loin de la mort"

Les différentes personnes présentes parviennent finalement à maîtriser l’homme. 48 heures après les faits, les victimes sont encore sous le choc. "Je suis traumatisée ! Je suis chez moi et je n'arrive même pas à m'occuper de mes propres enfants", s'émeut Sephora. 

Je ne suis pas passé loin de la mort. C'était volontaire, il n'y a aucun doute la-dessus.

 Hervé Glezgo, maire de Bazincourt-sur-Epte 

Ce n'est pas la première agression que subit le maire de Bazincourt-sur-Epte. L'élu l'avait déjà été en 2021 alors qu'il voulait stopper le rodéo d'un motocross.