Cahiers de doléances des communes normandes : leur utilité dans le Grand Débat National

© Philippe Neu/ MaxPPP
© Philippe Neu/ MaxPPP

Les cahiers de doléances sont au coeur du grand Débat National. À Grand Bourgtheroulde, plus d'une centaine d'habitants sur 3800 les ont déjà remplis de leurs propositions. Les premiers exemplaires seront remis ce mardi 15 janvier en mains propres au chef de l'Etat.   

Par Catherine Lecompte

Il devait au départ être remis au préfet de l'Eure. En fin de compte, c'est au président de la république, plus directement et en mains propres que le cahier de doléances de la commune sera donné, à l'occasion de sa venue officielle ce mardi 15 janvier au Grand-Bourgtheroulde. Bon nombre d'autres registres des communes normandes feront également partie de cette remise officielle.        

Laurance Bussière, maire de Daubeuf la Campagne et présidente de l'association des maires ruraux de l'Eure a même été désignée pour cette mission.

Dans ce cadre, toutes les communes de moins de 3500 habitants ont ainsi été sollicitées. Une cinquantaine d'entre elles a mis ce cahier à disposition du public et une trentaine a déjà fait un premier retour. Certains maires comme Francois Xavier Priollaud, le maire de Louviers, prefèrent même le terme de cahiers citoyens. 

Au sommaire des revendications les plus fréquentes, on retrouve le pouvoir d'achat, les retraites, les fins de mois difficiles et la hausse des prix du carburant.
Des thèmes qui se recoupent avec de nombreux autres registres de doléances recueillis dans la plupart des communes de la région. Ils devraient servir de base de discussion au Grand Débat National que le chef de l'état est venu lancer officiellement ce mardi. 
 
  • Les cahiers de doléances et leurs origines     
Ils remontent en réalité à la Révolution Française de 1789. Les cahiers de doléances étaient à l'origine des documents dans lesquels les assemblées convoquées pour l'élection des députés aux états généraux consignaient les réclamations et les vœux que leurs représentants devaient faire valoir.

Les cahiers de doléances alors utilisés par le tiers état, lui permettaient de savoir ce qu'il a fait. Ils ont aussi été utilisés par certains membres de la noblesse, et parfois du clergé. Les cahiers du tiers-état étaient pour la plupart rédigés le dimanche, jour de la messe, où tous les villageois se retrouvent. 
   
A l'époque déjà, une des principales demandes abordait la simplification de l'administration et une égalité plus conséquente face à l'impôt. 



 







   


 
    

A lire aussi

Sur le même sujet

Rallye automobile Père et fille (25'40) Vachement Normand - octobre 2019

Les + Lus