Evreux : le Transall, vénérable avion "tout terrain" de l'armée de l'air fait ses adieux

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvie Callier

Les aviateurs le surnomment "Pollux". L'avion cargo a participé à toutes les missions militaires et humanitaires de l'armée française. Les pilotes et mécaniciens de la base d'Evreux (Eure) sont fiers d'avoir assuré le service avec lui jusqu'au bout.

"Magnifique", "formidable", "Un avion qui n'a plus rien à prouver"...A la base 105 d'Evreux, dans l'Eure, le Transall est aimé comme un ami sur lequel on peut compter.  

Les années passant, il n'était certes pas le plus beau, sa carlingue était "burinée". Les pilotes et mécaniciens croisaient, la tête haute, les équipages des Casa ou Super Hercules ou A400M.

Le Transall est un avion valeureux, en service depuis 1964 dans l'armée de l'air française. Sa spécialité  : le transport tactique pour des missions militaires (largages, parachutages, transports de troupes) mais aussi humanitaires (rapatriements,  logistique après des catastrophes). 

La base 105 d'Evreux est sa dernière base opérationnelle. Les équipages vivent leurs dernières heures de vol aux commandes de cet appareil apprécié pour sa maniabilité et sa capacité à se poser sur des pistes sommaires, dans le sable ou dans la brousse. 

A la base d'Evreux, les derniers vols du "tout terrain" de l'armée de l'air ©E. Lombaert/ F. Lafond/ R. Sevestre/ France Télévisions

 

Pour tenir jusqu'en 2022, une prouesse mécanique

Le retrait du Transall a longtemps été repoussé. Dans les années 90, tous les appareils ont bénéficié de modernisation. Ils ont été équipés de lance-leurres pour se protéger des agressions. Les avions d'Evreux étaient aussi des ravitailleurs en vol.

Le Transall, "couteau-suisse" de l'armée a duré plus que prévu. Les mécaniciens de la base d'Evreux ont réussi le défi de le maintenir malgré les difficultés liées à son vieillissement et aux pièces détachées. 

Une tournée d'adieux avant d'entrer au musée de l'air

Le Transall ne part pas en catimini. Il a déjà fait une tournée d'adieux pendant 3 semaines vers 24 villes et bases.

Pour être à son avantage, un de ces vieux "baroudeurs" couleur vert-de gris a revêtu une livrée tricolore, créée par le graphiste et réserviste Régis Rocca

Il a le même privilège que les Alphajets de la Patrouille de France. Le Transall a longtemps accompagné ces avions pendant la saison des meetings pour la logistique.

 

Pour garder la mémoire de cet avion légendaire, certains seront exposés dans des musées notamment à Toulouse et au Bourget.

Les équipages de la base d'Evreux volent sur des avions CASA et des Hercule C 130.