• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Marie Murski, son roman “Cris dans un jardin” est désormais adapté au théatre

Joel Lefrançois en compagnie de Marie Murski. / © France3Normandie
Joel Lefrançois en compagnie de Marie Murski. / © France3Normandie

Marie Murski a vécu l'enfer entre 1990 et 2004, la violence au quotidien, au côté de son ancien mari qu'elle qualifie de pervers narcissique. De ce moment de vie, elle en a tiré un roman qui a donc fait l'objet d'une adaptation théâtrale.

 

Par Eric Lombaert

La compagnie de théatre des 3 Gros en pleine répétition / © France3 Normandie
La compagnie de théatre des 3 Gros en pleine répétition / © France3 Normandie
Cette toute première mise en scène est l'oeuvre de la compagnie de théâtre des 3 Gros. Sur l'espace scénique, des toiles sont tendues et font penser a une toile d'araignée. Le Jeu/Je de la narratrice évoque les mots/maux de sa vie , de cette vie partagée avec cet homme si violent, si autoritaire.
Marie Murski, son roman "Cris dans un jardin" est désormais adapté au théatre

La scène représente donc ses pensées, son monde et ses "cris dans le jardin" sont bien le cris de l'auteure. Marie est bien tombée dans le piège tendu par ce mari égocentrique et violent. Son seul refuge fut son jardin, dans lequel elle passa la majeure partie de son temps, pour essayer d'échapper à l'emprise de cet homme.

La mise en scène est assurée par Joel Lefrançois. 

Ce projet est né il y a cinq ans. Pour le metteur en scène le travail d'adaptation a été compliqué:

 

c'est très difficile de rentrer dans cette histoire quand on n'a pas vécu, ce qu'elle a vécu...on a du mal à comprendre pourquoi elle n'est pas partie...pourquoi elle ne quitte pas son bourreau....

Pour Joel Lefrançois il est important de "garder le texte" afin de mieux comprendre, et faire comprendre, le processus de l'emprise, servir au mieux le témoignage de l'auteure.

Quant à Marie Murski, elle avait très envie que cette pièce soit montée, par Joel Lefrançois dont elle apprécie le travail. Elle a donc travaillé sur l'adaptation de son roman, passant de 250 pages à seulement 35, puis à 18 pages :

j'y ai retrouvé mes mots, mes phrases...les gens veulent comprendre comment on ne peut pas partir... j'étais enfermée dans ce jardin qui était mon oeuvre...

Conserver ses mots, c'est toute l'intelligence de cette mise ne scène. Son témoignage est très bien servi par le jeu de la comédienne et la présence d'une danseuse, qui ponctue les actes de violence .

Cette pièce sera présentée le 14 novembre prochain à Conches-en-Ouche.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus