Mathieu Bodmer, la reconversion sportive de l'enfant d'Évreux

Publié le

À 37 ans, l'ex footballeur se lance dans une deuxième vie sportive. Compétiteur acharné, il s'adonne désormais au tennis ballon. Une nouvelle passion qui ne l'empêche pas de continuer à s'inverstir pour Évreux, sa ville natale.

Le terrain a beau changé, l'esprit reste le même : "Il faut que je gagne, sinon je boude", lance Mathieu Bodmer, rieur. L'ancien footballeur professionnel a laissé derrière lui les terrains de Ligue 1 pour passer à ceux de tennis ballon

Un nouveau sport auquel il s'adonne avec passion depuis vingt ans maintenant et, toujours, avec une âme de compétiteur. Un atout de choix pour l'équipe des Pirates d'Évreux. D'ailleurs, Mathieu Bodmer s'imaginerait bien porter à nouveau les couleurs tricolores sur les cours de tennis ballon français.

La saison dernière, Mathieu Bodmer a quitté son poste de milieu de terrain à Amiens. Depuis, le jeune retraité n'a pas une minute à lui. Consultant pour Téléfoot le week-end, il alterne entre les entrainements de tennis ballon et les différentes campagnes de mobilisation pour sa ville natale, Évreux.

Reportage de Félix Bollez et Patrice Cornily : 
La nouvelle vie de Mathieu Bodmer

Un sportif attaché à ses racines

Originaire de la Madelaine, à Evreux, Mathieu Bodmer a gravi les échelons pour finir par jouer dans les plus grands clubs de Ligue 1 : Lille, Lyon, Saint-Etienne, Nice, Guingamp et finalement, Amiens. Pourtant, l'investissement du sportif pour sa ville n'a jamais failli.

Pendant quatre ans, il a reversé 20% de ses revenus dans le club de l'EFC 27. "J'ai rendu ce que je devais rendre et je l'ai fait avec le coeur",confie le trentenaire.
 

Une cagnotte de 65 000 €

Il s'est également mobilisé pour soutenir le collège Pablo Neruda, où il a été élève, alors que l'établissement était menacé de fermeture.

Pendant le confinement, la cagnotte en ligne qu'il a lancé pour soutenir les associations d'Evreux et le personnel soignant est parvenue à atteindre un montant de 65 000 €.

Enfin et surtout, son attachement pour Évreux amène aujourd'hui le sportif a signé dans le club de ses débuts, même si son nouvel emploi du temps ne lui permettra sans doute pas de rechausser les crampons. Il tient avant tout à soutenir son club de coeur, mais finit par confier : "Quand j'en aurai l'occasion, j'espère pouvoir m'entrainer de temps à autre et jouer un petit peu." À bon entendeur...