Violences urbaines dans des quartiers d'Evreux la veille du 14 juillet

La nuit du 13 au 14 juillet 2020 a été agitée dans la capitale de l'Eure où des groupes de jeunes ont attaqué les forces de l'ordre, pillé un commerce et incendié une maison.
 

Evreux le 14 juillet 2020 : une des voitures brûlées avec à l'arrière-plan l'habitation incendiée dans le quartier de Nétreville.
Evreux le 14 juillet 2020 : une des voitures brûlées avec à l'arrière-plan l'habitation incendiée dans le quartier de Nétreville. © Erwan Maillard / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)
Une enquête judiciaire est en cours après les actes commis la nuit dernière dans trois quartiers d'Evreux : La Madeleine, Nétreville et Navarre.
Plus précisément une enquête de flagrant délit ouverte avec plusieurs chefs d’accusation : violences volontaires avec arme, participation à attroupements, dégradation de biens publics, incendie de véhicules…

Des scènes de violences

A partir de 22h30, et jusqu'à 4 heures du matin, des groupes de jeunes "extrêmement mobiles et très déterminés" ont allumé des feux, détruit du mobilier urbain et affronté les forces de l'ordre; notamment avec des tirs de mortier et de feux d'artifice.

Si des incidents se produisent habituellement le soir du 13 juillet, ce qui s'est passé cette année est "beaucoup plus violent" a précisé Fabien Chollet, le directeur de cabinet du préfet de l'Eure, à  la rédaction de France 3 Normandie.   
De nombreux incendies ont été déclenchés (une dizaine de poubelles et 5 véhicules) et des dégradations ont été commises. Un bureau de tabac a été attaqué et pillé.
Evreux le 14 juillet 2020 : la voiture brûlée avec à l'arrière l'habitation incendiée.
Evreux le 14 juillet 2020 : la voiture brûlée avec à l'arrière l'habitation incendiée. © Erwan Maillard / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)

Une maison incendiée

Dans le quartier de Nétreville, une voiture a été incendiée et le feu s’est ensuite propagé à une maison. Les 9 occupants ont dû être évacués en pleine nuit et relogés. Des faits très graves que condamne fermement le préfet de l'Eure.

Parmi les victimes, Jean-Marie, 63 ans, asthmatique et qui a du mal à respirer et  qui habite depuis plus de 20 ans  rue Marceau. Il a été réveillé à minuit et demi par des flammes s'échappant de la conduite de gaz en feu qui montaient le long de la façade. Sa voiture sans permis a éte entièrement détruite et deux de ses chiens ont péri dans l'incendie de son logement. 

Moi, j'étais couché.
J'ai un traitement et je prends des cachets pour dormir. Du coup j'ai vu les flammes, ça rentrait carrément dans la chambre !
C'est là que j'ai prévenu et mon gars est venu et il nous a sortis.Ma femme et mes gamins sont allés à l'hôpital, moi je suis resté pour garder mon matériel.

Jean-Marie, un des habitants de la maison incendiée dans le quartier de Nétreville à Evreux le 14 juillet 2020

durée de la vidéo: 01 min 19
VIDEO – 14 juillet 2020 : le point sur les violences urbaines à Evreux dans le JT de Frédéric Nicolas avec le reportage de Julien Hélion et Erwan Maillard (montage : M.C. Varin)


Des blessés

Présents sur le terrain dès le début de la soirée face aux groupes de jeunes qui les attaquaient, les policiers de la DDSP 27 (Direction départementale de la sécurité publique de l'Eure) ont ensuite reçu le renfort d'un escadron de gendarmes mobiles.
Ils ont fait usage à de nombreuses reprises de gaz lacrymogène pour rétablir l’ordre et disperser les assaillants.

Au cours de ces affrontements nocturnes, 8 gendarmes mobiles ont été blessés ainsi que plusieurs policiers ébroïciens.

Dans un communiqué publié en début d'après-midi, le préfet de l’Eure salue l’action des forces de l’ordre afin de rétablir l’ordre à Évreux et annonce qu'un nouveau dispositif de sécurité sera mis en place la nuit prochaine (nuit du 14 au 15 juillet 2020).
  
► Plus d'infos à veni

"Des habitants effrayés" 

Driss Ettazaoui, maire-adjoint d'Evreux s'est rendu dans le quartier de la Madeleine au lendemain des violences urbaines de la nuit "auprès des habitants effrayés et des commerçants vandalisés qui, tous, ont vécu la crainte et la stupeur. J’ai écouté, impuissant, leurs désolations mais aussi leurs colères"
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers 14 juillet violence
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter