Grève à Ouest-France: le bras de fer entre les salariés et la direction parti pour durer ?

Des salariés de Ouest-France manifestent leur opposition au plan de réorganisation devant le siège du groupe ce lundi 17 septembre. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Des salariés de Ouest-France manifestent leur opposition au plan de réorganisation devant le siège du groupe ce lundi 17 septembre. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

200 salariés en grève ont manifesté ce lundi devant le siège de Ouest-France pour protester contre le projet de réorganisation du groupe. La rencontre avec la direction n'a pas permis de sortir de la crise. Un nouvel appel à la grève a été lancé par les syndicats.

Par CM avec AFP

"C'est un mouvement historique, c'est très rare que la rédaction de Ouest-France se mette en grève, il n'y a pas eu de mouvement spontané depuis vingt ans", a déclaré à l'AFP Isabelle Bordes, déléguée syndicale CFDT.  Selon Alain Guyot, délégué syndical SNJ, au moins 80% des journalistes de Ouest-France étaient en grève lundi. La direction annonce de son côté "un tiers de grévistes".

C'est peu dire que le plan de réorganisation du groupe présenté la semaine dernière par la direction suscite l'hostilité des salariés. Si la région des Pays de Loire est la plus touchée, d'autres comme la Normandie ne sont pas épargnées. Dans le Calvados, on recensait ce lundi matin 19 grévistes. 
 

200 salariés grévistes, venus de toutes les rédactions locales, ont manifesté ce lundi leur opposition devant le siège de Ouest-France à Chantepie, près de Rennes. La direction du groupe a rencontré les représentants des syndicats. Mais cette réunion semble avoir débouché sur une impasse. "La direction a annoncé qu’elle irait expliquer son plan aux équipes directement touchées et qu’elle traiterait au mieux les situations individuelles. Mais qu’en tout état de cause il n’était pas question de retirer son projet, comme nous le lui demandions", déplore le communiqué diffusé en fin d'après-midi par l'intersyndicale CFDT-SNJ-CGT.

Une nouvelle journée de grève ce mardi

Les organisations syndicale annoncent que "les salariés présents ont voté, à une très large majorité, une nouvelle journée de grève, demain mardi 18 septembre" et qu'ils ont décidé "d’adresser aux dirigeants du groupe SIPA une motion de défiance". Une autre journée de grève est d'ores et déjà programmée pour le 1er octobre, date à laquelle débutera la procédure de consultation des comités d'entreprise des différents journaux du groupe. 
 

Sur le même sujet

Criquetot l'Esneval (76) : la pression de l'eau n'est pas suffisante

Les + Lus