Jeux Paralympiques de Tokyo : quelle pratique du Handisport en Normandie ?

Publié le

Aux Jeux Paralympiques de Tokyo, la Normandie est représentée par trois sportifs. Dans la région, une cinquantaine de clubs Handisport propose des activités aux personnes en situation de handicap.

518. C’est le nombre de personnes pratiquant le Handisport en Normandie, en février 2021. Dans la région, 18 activités sportives sont adaptées aux personnes ayant un handicap physique ou sensoriel. Que ce soit sur terre ou en mer, certaines disciplines sont connues comme la natation, le cyclisme, l’équitation, le tennis, la voile… D’autres le sont moins comme le « torball » (sport de ballon qui se joue en équipe et qui est pratiqué par des personnes déficientes visuelles).

 

Le tennis de table : sport phare dans la région

« Le tennis de table est la première discipline en Normandie, notamment grâce à nos champions paralympiques comme Emeric Martin ou Florian Merrien », explique Daniel Jeanne. Le président du Comité Régional Handisport de Normandie reconnaît que certaines disciplines sont encore à développer, notamment la boccia (sport comparable à la pétanque qui se joue avec des balles en cuir et de couleurs différentes), la sarbacane ou des sports de nature.

 

Comment rejoindre un club handisport ?

Selon la Fédération française, il existe 57 clubs Handisports dans la région de Normandie. Tous sont répertoriés sur le site internet de la FFH, dans la rubrique « où pratiquer ? ». Pour trouver une discipline en particulier, « il ne faut pas hésiter à contacter directement l’un des cinq comités départementaux Handisport (Eure, Manche, Orne, Calvados et Seine-Maritime). Si aucune structure n’est affiliée près de chez soi alors le comité peut faire des démarches dans ce sens », explique Daniel Jeanne.

 

Lever les obstacles et favoriser l’inclusion

Pour éviter la concentration des clubs Handisport au niveau des grandes villes et mailler davantage le territoire, le Comité régional compte aujourd’hui sur la participation des clubs dits « valides ».

On incite les clubs valides à intégrer des personnes en situation de handicap, notamment grâce à la formation de leurs encadrants. Cela permet de développer l’inclusion sportive et c’est très important.

Lydie Lecollier, secrétaire générale du Comité régional handisport de Normandie

Le Handisport nécessitant parfois du matériel qui coûte cher, jusqu’à 8 000 euros pour un fauteuil roulant de sport, le comité régional prête même du matériel adapté à cette pratique.

Avec toutes ces actions, l’objectif est simple : avoir davantage de licenciés Handisport en Normandie.