L'épuisement professionnel appelé aussi burn-out n'épargne pas les agriculteurs normands

Depuis quelques années, la MSA (Mutualité sociale agricole) vient en aide aux agriculteurs en detresse ou en situation d'isolement. Les exploitants agricoles sont une des catégories sociales les plus touchées par le burn-out. Un dispositif appelé "l'aide au répit" leur vient en aide.

Agriculteur, un métier difficile et parfois solitaire
Agriculteur, un métier difficile et parfois solitaire © AltoPress / Maxppp

Samuel a repris la ferme de ses parents en 2006 et pendant onze ans il ne s'est accordé aucune pause. Avec son ouvrier agricole, il a travaillé d'arrache-pied tous les jours pour s'occuper de ses vaches et de ses terres. Il s'est replié sur son exploitation de deux cents hectares nichée à la frontière de la Manche et du Calvados sur la commune de Domjean.

Fatigué et sans perspective, il a fait appel en 2017 au dispostif piloté par la MSA qui lui a proposé un accompagnement personnalisé pour lui permettre de souffler un peu. Il a pu bénéficier de dix jours de vacances avec la mise à disposition d'une assistante locale qui l'a remplacé dans les taches quotidiennes de la ferme. Un bol d'air bienvenu qui s'est accompagné d'un suivi psychologique.

J’étais dans le creux de la vague, j'ai pu souffler un peu et échanger plusieurs fois avec un psychologue. J'ai pu être accompagné et repartir de l'avant.

Samuel Richard, agriculteur

 

Un nouveau départ

Depuis trois ans et demi, Samuel est reparti en vacances mais cette fois sans l'aide de la Mutualité Sociale Agricole. Il partage aujourd'hui sa vie avec Peggy qui est venue le rejoindre sur son exploitation. Samuel a même repris un apprenti pour travailler à la ferme. C'est lui qui s'occupe de la traite des vaches quand le couple s'absente pour quelques jours de repos. "Quand j'étais seul, je n'avais aucune envie de partir mais maintenant Peggy me demande régulièrement de faire une pause" ajoute Samuel.

Samuel s'occupe de la centaine de vaches laitières qu'il possède.
Samuel s'occupe de la centaine de vaches laitières qu'il possède. © DR

Samuel a laissé ses problèmes derrière lui et ne pense qu'à une chose : aller de l'avant. Il ne partira surement pas cet été non pas en raison du Covid mais parce que c'est la saison des moissons. 

L'aide au répit

Ces dernières années, la situation financière de beaucoup d'agriculteurs n' a cessé de se déteriorer. Surendettement, repli sur soi, stress avec des répercussions sur la vie sociale et familiale qui ont souvent amenés au burn-out. Le dispositif d'aides mise en place par la MSA a pour but d'accompagner l'agriculteur ou le salarié en souffrance. Il offre plusieurs dispositifs, notamment des aides au départ en vacances. L'agriculteur peut bénéficier d'un financement pour se faire remplacer sur son exploitation.

Un service de remplacement est proposé aux agriculteurs qui souhaitent prendre quelques jours de repos.
Un service de remplacement est proposé aux agriculteurs qui souhaitent prendre quelques jours de repos. © DR

Ce service de remplacement est financé durant sept jours, parfois dix pour certains projets, avec un renouvellement possible selon les situations. Mais l'aide au répit ne s'arrête pas là et propose aux agriculteurs de s'incrire à des groupes de paroles, de consulter des psychologues, voir même de bénéficier de séances de sophrologie. 

Un numéro de téléphone pour parler

Le ministère de l'Agriculture, avec la MSA a mis en service Agri'écoute qui permet à tout moment, 24H/24 et 7J/7, de dialoguer avec un psychologue. Un numéro de téléphone où la personne dans le désarroi peut échanger de façon confidentielle et alerter sur sa situation. Ce dispositif permet d'améliorer la prévention du suicide dans une catégorie sociale durement touché par ce fléau.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région normandie agriculture