La vaccination en Normandie : facile de prendre un rendez-vous à J+2 ou J+3 à Caen, en Seine-Maritime ça bouchonne

Un normand sur quatre a reçu sa première dose de vaccin, assure l'Agence Régionale de Santé. Alors que le premier vaccinodrome a ouvert au Havre le six avril dernier, il rencontre quelques difficultés. A Caen, le premier du genre est lancé ce 5 mai, avec du Pfizer et des rendez-vous à la pelle. 

© Vincent Mouchel/ Maxppp

Le rythme s'accélère. Aujourd'hui, tout le monde a un ami et un membre de sa famille proche qui a déjà reçu sa première dose et parfois les deux. 

Au vaccinodrome géant du Havre installé Stade Océane, le 6 avril dernier, on tourne à un rythme de 2000 doses par jour, quand tout va bien.

Rouen a le sien également, au Kindarena, palais des sports du centre-ville, rebaptisé pour l'occasion le VaccinArena. Des créneaux sont régulièrement libérés sans rendez-vous le week-end. 

A Caen, le Parc des expositions va fonctionner en vaccinodrome, également, dès ce 5 mai, 7 jours sur 7, avec les pompiers du SDIS. Les deux premiers jours vont être réservés aux bénévoles qui tiendront les bureaux de vote lors des élections régionales et départementales du 20 et 27 juin prochain. Puis, il va monter en puissance avec des rendez-vous pour tous les éligibles dès vendredi.

"15 800 injections/jour était compté en Normandie courant mars, on vise en mai une moyenne de plus de 35 000 injections/jour", précise l'Agence Régionale de Santé. 

 

Plus de 25% de Normands sont vaccinés avec une première dose à la date du 3 mai , 11% ont reçu les deux doses. 1 264 674 injections ont été réalisées, 80 % des normands âgés de 75 ans et plus ont reçu une première dose de vaccin.

ARS Normandie, bilan hebdomadaire

Des rendez-vous en 48H à Caen

Dans le Calvados, les centres de vaccination tournent bien mais ce lundi 3 mai au CHU de Caen, on constatait par exemple, qu'il y avait encore  de la place dans les deux salles consacrées à la campagne. Des créneaux disponibles ne sont donc pas pris au CHU et rien à voir avec les craintes sur l'AstraZeneca puisqu'on utilise ici le Moderna, l'autre ARN messager, petit frère du Pfizer.

Comment trouver des créneaux ?

Il faut sans aucun doute se servir des applications. Pour le CHU de Caen, le site Doctolib fonctionne sans problème. Il suffit de répondre à chaque question et de valider. 

Sur Doctolib, le CHU de Caen ce 5 mai à 15H20 me propose un rendez-vous à 17H30, le jour même !
Sur Doctolib, le CHU de Caen ce 5 mai à 15H20 me propose un rendez-vous à 17H30, le jour même ! © Alexandra Huctin

Ce 5 mai, il propose un créneau libre dans les deux heures : preuve qu'il faut régulièrement se connecter pour prendre un rendez-vous qui se libère, sur le champ.

Sinon, ce même jour, le délai est à J+6 mais tout peut changer d'un moment à l'autre.

Au parc des Expositions de Caen, c'est une autre plateforme qui est utilisée : Keldoc.com, l'utilisation est aussi simple, en quelques clics. Et ce mercredi 5 mai, les premiers créneaux libérés pour tous ceux qui peuvent se présenter commencent à J+2, le 7 mai ,avec des dizaines et des dizaines de place tout le week-end. Au parc des expositions, le vaccin proposé est le Pfizer, pas besoin d'une ordonnance qui précise que vous êtes éligible à ce vaccin-là et pas un autre. 

Lorsque vous prenez rends-vous, même par internet, on vous précise quel vaccin est utilisé pour ce centre, au cours de la manipulation. 

D'autres centres près de chez vous peuvent exister : à Isigny, Bayeux, Vire, etc... Le site Doctolib.fr en recense un certain nombre.

Des havrais envoyés à Caen pour être vaccinés Pfizer

Au Havre, le vaccinodrome du Stade Océane a connu quelques ralentissements ces derniers jours, alors qu'il est ouvert de 9 H à 20 H. Les doses de Pfizer ont manqué mais il y a aussi de l'AstraZeneca. L'approvisionnement est "géré" par l'Agence Régionale de Santé. D'une capacité de 2000 vaccinations par jour, le vaccinodrome est passé à 1500.

Il y a eu un soucis d'approvisionnement et la fermeture de la vaccination les après-midi de match du HAC, samedi 1er mai et ce mardi, par exemple, pour le Havre-Toulouse.

Une coordinatrice, sur place

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que Le Havre et la Seine-Maritime , en général, ont la plus forte densité de population dans la région. La Seine-Maritime a également le taux d'incidence le plus élevé, depuis de longues semaines. 

"Moi, mon rendez-vous était pris depuis assez longtemps et je m'étais organisé mais on m'a appelé en fin de semaine dernière pour me dire qu'il avait été déplacé du Havre à Ifs, près de Caen, pour une dose de Pfizer. Je suis allé jusqu'à Caen, volontiers. Sauf que sur place, on m'a refoulé parce que j'ai eu la Covid en janvier, il y a moins de 6 mois. Pas de chance et mauvaise expérience", explique Stéphane qui habite la cité Océane.

Son médecin lui avait pourtant expliqué que le délai recommandé entre la contamination et la première dose de vaccin était de trois mois. Mais "ça bouge tout le temps. Ce que je vous dis aujourd'hui ne sera peut-être plus valable ou étoffé dans 3 semaines", confie un médecin du CHU Caen, mobilisé pour recevoir les patients en consultation pré-vaccinale. Dans quelques jours, Stéphane reviendra à Caen pour sa première et unique dose (c'est le protocole proposé pour les personnes déjà infectées). Tant pis pour les 2H20 de trajets, aller et retour et les 40 euros de frais de route.

© ARS Normandie

Encore beaucoup trop de monde parcourent de longues distances pour le vaccin. L'utilisation des outils informatiques devrait vous épargner, autant les utiliser. Beaucoup de centres resteront ouverts le 8 mai, ne pas hésiter à se brancher au dernier moment pour vérifier les créneaux libres qui vont évoluer en temps réel.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société